Robopocalypse – Daniel H. Wilson


Un préambule, intitulé « Briefing », met le lecteur dans l’ambiance : il y a eu une guerre entre hommes et robots, ceux-ci ont été vaincus, parce que « Nous avons survécu. L’espèce supérieure, c’est nous ».  Cette phrase d’exergue signée Cormac « Brightboy » Wallace laisse supposer que le reste ne fera pas dans la dentelle. Et pourtant, le récit des hostilités s’avère plus intéressant que ce titre roboratif, Robopocalypse, ne le suggère.

Daniel H. Wilson choisit un mode de narration dynamique. Cinq parties : « Incidents isolés », « L’Heure Zéro », « Survie », « Éveil », « Représailles » déroulent chronologiquement les événements depuis les signes avant-coureurs jusqu’à la reprise en main de la situation par les humains. Aux États-Unis comme au Japon ou en Grande-Bretagne, certains robots jusque là obéissants et favorables aux humains (comme il se doit selon les lois de la robotique) font preuve d’initiatives néfastes pour les humains : de la poupée gonflable robotisée au robot soldat de la paix, en passant par les voitures qui écrasent les passants, ils se rebellent et blessent voire tuent leurs maîtres ou les personnes qu’ils sont censés protéger. Pour n’avoir pas suffisamment pris la mesure de ces manifestations hostiles, les humains devront subir ensuite de très lourdes pertes et des années de guerre.

Ce putsch des IA et la résistance humaine ne sont pas racontés par un seul personnage de Robopocalypse mais pris en charge par plusieurs voix sur des modes très différents qui dynamisent la lecture : témoignages, enregistrements vidéo et audio (retranscrits), échanges oraux avec une tour de contrôle… les personnages réapparaissent d’une partie à l’autre, certains se rejoignent et résistent ensemble.

Le point de vue reste humain, on ne saura donc pas ce que revendiquent exactement les robots, clairement hostiles cependant.

« Vous autres humains êtes des machines biologiques conçues pour créer d’autres outils intelligents. Vous avez atteint l’apogée de votre évolution. Toute l’existence de vos ancêtres, l’apparition et la chute de vos civilisations, chaque bébé rose et joufflu ? tout vous a conduits ici, maintenant, en ce jour où vous avez accompli le destin de l’humanité en créant son successeur. Votre espèce vient d’expirer. Vous avez terminé ce pour quoi vous étiez conçus. »

Le but est louable à la base, puisqu’il s’agit de débarrasser la planète des parasites que nous sommes. Ainsi pourra s’épanouir une nouvelle race, plus respectueuse. Les Intelligences Artificielles travaillent aussi sur l’humain. Comme l’homme a amélioré le robot au point de lui donner une conscience, le robot peut robotiser l’homme pour améliorer ses performances et créer ainsi une race supérieure. C’est ce qui arrive à certains des protagonistes qui grâce à leurs nouvelles capacités s’avèrent de plus performants face aux robots.

L’auteur de Robopocalypse a beau être diplômé en robotique et intelligence artificielle, il n’est pas nécessaire que le lecteur le soit. Le propos n’est en effet pas scientifique ni philosophique, même s’il n’est pas interdit de réfléchir à l’utilisation que nous faisons des machines de plus en plus intelligentes qui peuplent notre quotidien. Ici clairement, l’accent est mis sur l’action à travers Cormac « Brightboy » Wallace, le compilateur de tous ces textes disparates et lui-même héros de cette guerre. Le divertissement est efficace, et même plaisant pourvu qu’on n’y cherche pas trop de finesse psychologique ou de prouesses stylistiques.

Robopocalypse (Robopocalypse, 2011), Daniel H. Wilson traduit de l’anglais (États-Unis) par Patrick Imbert, Fleuve Noir, octobre 2012, 438 pages, 20.90€

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

Nox ? C'est presque la nuit, une sorte de brouillard de pollution qui recouvre la ville basse et la plonge dans l'obscurité. Plus on s'enfonce dans la vallée, plus on est pauvre et plus il fait nuit. C'est la misère, ou peut s'en faut, les gens sont obligés de pédaler…
Eva Svärta est une femme flic qui ne passe pas inaperçue : grande et svelte comme il se doit (à part Violette Retancourt, on voit rarement dans la police d'héroïne obèse), elle cache ses yeux rouges derrière des lunettes noires, mais ses cheveux blancs révèlent assez sa nature d'albinos. Elle fait…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *