Jeunesse

Nina Volkovitch / 1 – Carole Trébor

Trebor.jpgNina Volkovitch a quinze ans et l’allure d’une gosse de douze. Elle vit dans un orphelinat d’Etat depuis que des hommes ont emmené sa mère, considérée comme ennemie du peuple. De son père elle ne sait rien car il est parti alors qu’elle était encore jeune. Nous sommes en URSS dans les années 40 et la vie n’est pas simple pour Nina. D’autant plus qu’elle comprend peu à peu grâce à un certain nombre d’indices laissés par sa mère qu’elle appartient à une famille vraiment particulière : les Volkovitch. Il semblerait que les gènes paternels lui aient légué un certain nombre de pouvoirs hors norme qu’elle ne connait ni ne domine.

A la fin des deux cents pages, Nina n’en saura pas beaucoup plus, et le lecteur non plus. Ce premier tome est une mise en place historique plutôt bien faite, tant il y a de choses à expliciter. Le jeune lecteur de douze ou treize ans ne connait pas grand-chose sur les conditions de vie dans la Russie soviétique et stalinienne, pas plus que sur le régime d’oppression et d’intimidation qui régnait alors. Il fallait donc que l’auteur fasse passer beaucoup d’informations historiques, sociales et politiques sans alourdir sa narration ni en ralentir le rythme, ce qui est globalement réussi (grâce en particulier à un glossaire et des notes de bas de page).
En dehors de ce contexte vraiment très original, le schéma est traditionnel : une adolescente doit se débrouiller seule, elle comprend qu’elle n’a jamais rien su de ses parents et qu’elle développe des pouvoirs jusque-là inconnus. La jeune héroïne ne manque pas de caractère ni de ténacité pour vivre des aventures à un rythme soutenu. Cette mise en place réussit donc le pari d’expliciter beaucoup sans alourdir l’action, mais on reste cependant sur sa faim quant aux origines de l’héroïne.

A noter que ce livre bénéficie d’une présentation qui tranche avec la production ado de chez Gulf Stream : une couverture très colorée et une tranche dorée.

Nina Volkovitch – 1 : la lignée, Carole Trébor, Gulf Stream éditeur, septembre 2012, 220 pages, 14.90€

A lire aussi :

Sprats – David Bessis Jusqu'au 1er janvier 2014 au matin, le narrateur de Sprats était un homme comme les autres : "Trente-deux dents. Vingt doigts, dont la moitié de pie...
L’assassin de Dieu – Pierre Pelot Voici regroupées ici quelques nouvelles de Pierre Pelot, qui nous a plutôt habitués à des romans. Saluons donc l'heureuse initiative qui nous permet...
Homo Vampiris – Fabien Clavel Oui, encore un roman vampirique… A ceux qui s’étonneront ne mon acharnement à lire ce genre de textes alors que je n’en éprouve manifestement aucun go...
La fantasy – Jacques Baudou En commençant ce livre par la dernière page, celle de la bibliographie, on comprend qu'il comble un vide : il n'existe pas aujourd'hui en français d...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *