Jeunesse

Les carnets du Ravage – Frédérique Lorient

Lorient.jpg

 Faëlle écrit dans un carnet. Quand le lecteur la rencontre, elle est en fuite sur la Lande avec quelques amis. Ils ont peur, ils ont faim et froid. Ils ont trouvé refuge dans un Cœur Source mais sont traqués par des Archers très malintentionnés à leur égard. Faëlle, Logan, Mélie, Lucas, Nath : autant de jeunes gens réunis là à cause d’une histoire qui ne se dessine que peu à peu dans un carnet, dans lequel Logan, le petit ami de Faëlle écrit aussi. A plusieurs voix et grâce à des flash back, le destin de Raphaëlle se dévoile. Son jeune père, Abel, lui a prodigué une éducation originale : elle a appris à se défendre, à monter à cheval, pas de télé à la maison mais beaucoup de livres et de réflexion. De nombreux déménagements jalonnent son parcours sous la surveillance d’un père protecteur.

Grâce au carnet dans lequel elle raconte son passé et ce qui lui arrive, Faëlle dévoile au lecteur son identité. Elle est née sur la Lande, un monde médiéval parallèle au nôtre, naturel et beau, qui l’a condamnée à mort en raison de son statut de Raphaëlle : elle doit mourir sous peine de causer la mort des siens en devenant un Ravageur à l’adolescence. C’est pour conjurer cette malédiction qu’Abel est parti vivre avec elle dans le monde tech, notre monde.

De Frédérique Lorient j’ai lu il y a déjà un certain temps, un roman jeunesse, Apocalypse Maya, qui ne m’avait pas convaincue. Ce roman, le premier d’une série, est beaucoup plus convaincant et les maladresses repérées alors ont totalement disparu. L’intrigue et le monde créés sont originaux, même si la trame de base est classique (une adolescente découvre qu’elle vient d’un autre monde et que sa vie est en danger). J’ai apprécié le dévoilement progressif de l’héroïne, la mise en place pas à pas, mais sans temps morts de l’intrigue et la justesse des dialogues. Cette histoire de Ravageurs qui décérèbrent les gens pour faire d’eux des Gris me plait. Par-dessus tout, j’ai beaucoup apprécié la fin qui sort tout à fait des sentiers battus de la littérature jeunesse.

Une très agréable surprise donc que ces Carnets du Ravage qui ont d’abord retenu mon attention grâce à la couverture de Benjamin Carré que je trouve particulièrement réussie.

Frédérique Lorient sur Mes Imaginaires

Les carnets du Ravage. Premier carnet : Faëlle, Frédérique Lorient, Oskar Editions, juin 2012, 352 pages, 10.95€

A lire aussi :

La fille de mes rêves – Lambert & VanSt... La fille de ses rêves, Kamel, dix-sept ans, va peut-être enfin pouvoir mettre le grappin dessus. Même si c'est sa prof de français, largement plus â...
#Bleue – Florence Hinckel Silas et Astrid sont très amoureux l'un de l'autre : ils s'aiment comme si c'était la première fois, ce qui est d'ailleurs le cas. Mais ne partez pas ...
Le tyran d’Axilane – Michel Grimaud Par un hiver particulièrement rude, une troupe de baladins arrivent sur les terres du tyran Tikobal. Assoiffé de pouvoir, il entreprend d'exploiter le...
Edgar Flanders, détective de l’étrange / 4 &... Après avoir terrassé la momie Rijali, les vampires de Gand et la secte des Thugs, voici qu'Edgar Flanders doit affronter les sorciers les plus puiss...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *