Adultes

Serenitas – Philippe Nicholson

Nicholson.jpg

Paris demain, ou après-demain. Fjord Keeling est journaliste expert en criminalité au National, un des plus gros média du pays. Il a rendez-vous à Pigalle avec un contact qui ne vient pas. Mais à peine sort-il de la pizzeria où il se trouvait que le restaurant explose, visé par un attentat. Keeling en réchappe, mais on compte une dizaine de morts. Il filme la catastrophe au moment du drame et envoie les images à son journal, ce qui ne manquera pas d’y relever sa popularité qui se porte plutôt mal. En effet, Keeling n’est ni ponctuel ni ambitieux, ce qui fait de lui un mouton noir.
Il décide d’enquêter sur l’attentat alors que l’Etat accuse un peu vite la lutte entre les narco-gangs : les deux principaux gangs de la capitale s’enverraient des bombes pour agrandir leur territoire. Le journaliste parvient à rencontrer le chef des Piranhas, qui contrôle les trois quarts du marché à Pigalle et dément la théorie gouvernementale d’un règlement de comptes.
Contre l’avis de tous, Keeling poursuit son enquête, tentant de trouver des témoins, et même un film qu’une des clientes du restaurant tournait au moment de l’explosion. Mais les obstacles s’accumulent, quelqu’un parsemant d’embûches le chemin du journaliste jusqu’à faire de lui l’ennemi public numéro 1.

C’est que cet attentat a des implications bien supérieures à ce qu’imagine Keeling au départ. Car la France se trouve dans une situation délicate, sur le point de vendre une partie du territoire pour financer son déficit. L’acheteur serait une multinationale chinoise, la Ijing Ltd, propriétaire du National et créatrice des premières villes protégées dont Serenitas à vingt kilomètres de Paris. C’est là, dans la zone d’affaires que vivent les privilégiés, assurés de recevoir soin et éducation dans la plus calme tranquillité.

« Exit les pouvoirs publics, exit les maires, les conseils généraux, exit les régions et leur cortège de dettes mal gérées, d’investissements hasardeux, de décisions prises par des amateurs. Les habitants veulent de la sécurité ? Nous allons leur proposer des milices sud-américaines, les meilleures. Ils veulent des soins ? Nous allons leur fournir des médecins triés sur le volet. Ils veulent des écoles ? Nos professeurs viendront du monde entier. Ensemble, nous allons commencer par construire de nouvelles villes : les villes protégées. »

Philippe Nicholson choisit le contexte d’un futur proche pour mettre en scène un suspens bien construit et efficace. On a déjà lu : les nantis qui vivent sous cloche, les masses qui perdent peu à peu toute protection sociale, la déchéance rapide d’employés qui hier encore se croyaient assurés d’un travail pour la vie, la société aux mains d’entreprises privées agissant au nom de ses actionnaires. Le tout tellement probable qu’on ne parle plus d’anticipation mais de politique fiction, et encore… il n’y a qu’à regarder de l’autre côté des Pyrénées pour comprendre qu’il s’agit là de clairvoyance. Les pays émergents à la rescousse de la vieille Europe, une fiction ?
Pour se distinguer des romans, souvent policiers, qui ont déjà emprunté la même perspective alarmiste à court terme, l’auteur a su inventer un personnage intéressant, border line comme tant d’autres, mais dont l’obstination force l’admiration. Il est tenace le Keeling, et malgré son statut de héros, il se fait entuber, ce qui n’est pas mal.

L’intrigue elle-même est prenante. Même si on sait dès le début de quel côté se trouvent les méchants, on est bluffé par certains rebondissements, enfin pour ma part, je l’ai été. Ajoutez à ça un rythme soutenu, une narration énergique au présent, un complot intrigant et vous obtenez un polar vraiment intéressant et non pas une énième politique fiction dénonçant le Grand Méchant Libéralisme. Bref, intrigue et style étant à la hauteur du contexte, voilà un roman hautement recommandable qui plaira aux amateurs de SF comme à ceux de polar.

Serenitas, Philippe Nicholson, Carnets Nord, mai 2012, 425 pages, 20€

 

A lire aussi :

Le double corps du roi – Ugo Bellagamba ... Le général Absû Déléthérion prend le pouvoir par la force : soutenu par le clergé et une partie de l'aristocratie, il assassine Yskander, le vieux r...
Pollen – Joëlle Wintrebert Dans l'Arche, des hommes et des femmes ont jadis fui la Terre pour la planète Pollen (les femmes en nombre très supérieur, dit la légende), où s'établ...
L’ange blond – Laurent Poujois Quelques billets enthousiastes ici ou là ont attiré mon attention sur ce livre, d'autant plus que je gardais un bon souvenir du premier roman jeunes...
Permission – Céline Curiol "Ce travail m'a été demandé dans le cadre d'une enquête officieuse sur les conditions de vie des employés au sein de l'Institution". Et en bon peti...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *