Jeunesse

Bordemarge – Emmanuelle Nuncq

Nuncq

Deuxième roman d’Emmanuelle Nunq, le premier à porter l’étendard de « roman français » publié chez Castelmore. Beaucoup d’énergie et de dynamisme, malheureusement desservis par l’écriture.
Tout a fort mal commencé, par exemple page 18 (c’est-à-dire en fait après huit pages de texte proprement dit) :
« Seamus baissa la tête comme une jeune fille pudique, passa ses mains dans ses cheveux bruns qu’il décoiffa, et reporta son regard sur ses lunettes qu’il entreprit de nettoyer avec son foulard. L’aubergiste s’approcha d’eux avec dans les mains deux bouteilles de vin et autant de verres qu’il posa avec violence sur leur table.
Ces messieurs voudront p’t’être une chambre pour la nuit ? demanda-t-il avec tout le mépris dont il était capable.

D’ordinaire, c’était son fils qui assurait le service, mais il n’avait pas envie de se retrouver de nouveau avec une lame entre les deux yeux. »
Malheureusement, ce n’est pas tout :
« – Ah mais, pesta l’adolescent en rouge, agitant les mains en l’air, si je devais adopter tous les gosses que je prends en pitié, j’en aurais déjà toute une ribambelle derrière moi ! »
Cette deuxième citation se trouve page 32, seulement page 32, il m’en restait encore beaucoup ! Car c’est bien là que se situe le problème majeur de ce roman : une écriture simpliste jusqu’à la maladresse, qui aurait mérité d’être allégée. Je ne parle pas de la surreprésentation des verbes être et avoir, ni des non sens (j’aimerais bien savoir par exemple ce qu’est « une voix russe »…), ni du manque de fluidité dans les descriptions.
J’ai donc tenté de lire en faisant abstraction de l’écriture, ce qui, on en convient, n’est pas aisé. Deux phrases m’ont cependant tellement conquise, que j’ai décidé de lire Emmanuelle Nuncq jusqu’au bout, tellement elles résument bien mon sentiment :
« Au début, elle avait cru qu’elle parlerait littérature avec ses lecteurs, qu’elle serait utile, qu’elle défendrait la culture. Cela n’avait jamais été le cas, parce que la seule chose sur laquelle elle les renseignait, c’était l’emplacement des toilettes. »
De là à dire que je m’identifie à Violette, la bibliothécaire neurasthénique, il y a un pas que je ne franchirai pas… Cependant, je peux affirmer que cet idyllique métier peut ne pas se révéler à la hauteur des ambitions qu’il suscite. Surtout quand elles sont grandes, les ambitions…
J’ai donc tout lu et force m’est de constater que ce qui m’a le plus plu, ce sont les toutes dernières pages, à savoir le bêtiser : la réécriture de certaines scènes version « coupé, on recommence ». L’histoire en elle-même est sympathique, tout entière à la gloire des romans et films de cape et d’épée. Une jeune princesse, Roxanne, a été dépossédée de son trône et bannie par un méchant. Alors qu’elle fuit avec son valet, elle passe à travers un tableau et se retrouve propulsée au XXe siècle dans la bibliothèque où Violette s’ennuie. Roxanne prend la place de Violette, celle-ci passe à travers le tableau et rejoint le royaume de Bordemarge, un lieu de fiction où tous les personnages sont des stéréotypes et où personne ne vieillit. Violette est recueillie par Angus Khaltourine (celui à la voix russe), le très méchant pirate qui s’attendrit curieusement à sa vue : la jeune fille ressemble à Éléonore, son amour perdu…
Puisque le sujet même du roman c’est le stéréotype dans le roman d’aventure, forcément, les personnages sont stéréotypés. Mais l’idée, me semble-t-il, était de les faire évoluer, de les sortir des quelques traits qui les caractérisent pour les enrichir et les humaniser. Or là, c’est raté, ce n’est pas parce que le pirate devient un brave type que la figure du pirate en est intrinsèquement bouleversée. Il n’y a que Violette qui a mon avis sort du lot, j’entends déjà les bibliothécaires s’offusquer de l’image ainsi véhiculée de leur métier…
Emmanuelle Nuncq ne manque visiblement pas d’influences ni d’imagination, on lui souhaite donc de lire, lire encore, et d’écrire, écrire encore pour améliorer son écriture et gagner une légèrement plus seyante à son propos.
Bordemarge, Emmanuelle Nuncq, Castelmore, avril 2012, 317 pages, 15.20€

A lire aussi :

La griffe et le sang – François Larzem Mina, jeune Tsigane de seize ans et héroïne de François Larzem, doit fuir avec sa mère Liuda pour échapper encore et toujours à la violence qui se déc...
Imbroglius – Kim Tran Nhut Lo-Nast est une ville du futur où le crime a été banni grâce à une technologie avancée. Pourtant, un homme vient d'être assassiné d'un coup de poign...
Nobody mange la nuit – Michel Honaker Bryan Lymore est un auteur de polars en manque d'inspiration. Il n'a jamais connu la gloire et son éditeur lui refuse son dernier manuscrit. Sa femm...
Le dernier hiver – Jean-Luc Marcastel Nous voici à nouveau plongés dans un monde post-apocalyptique qui n'a connu ni la bombe, ni la guerre, mais un climat détraqué et un ciel obscurci. ...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *