Enfants de la paranoïa / 1 – Trevor Shane


Shane.jpg

Bonne surprise que ce roman, premier tome d’une trilogie que je croyais destinée à la jeunesse, mais qui est en fait un bon suspens bien prenant avec un héros narrateur qui prend de l’ampleur au fil de son récit.

Au départ, Joseph, dit Joe, vingt-cinq ans, est un tueur comme les autres : il tue là où on lui dit de tuer, il est entraîné pour ça et n’éprouve aucun scrupule puisque lui, il fait partie des gentils. Dans la Guerre qui l’oppose depuis des générations aux autres, il est dans le camp de ceux qui se battent pour la justice, de ceux qui, opprimés, se sont soulevés pour plus de Justice. Son père, sa sœur, ses grands-parents ont été tués par les autres au cours de cette Guerre, par des tueurs obéissants comme lui, alors à dix-huit ans, il s’y est lancé lui aussi, par soif de vengeance. A dix-huit ans et par avant car on ne peut tuer ni être tué avant cet âge-là, c’est la deuxième règle de cette Guerre. La première : on ne tue pas les innocents. La troisième, celle qui va jouer un rôle déterminant dans sa vie : si quelqu’un, d’un côté ou de l’autre, a un enfant avant ses dix-huit ans, cet enfant doit être livré à l’ennemi pour qu’il en fasse un des siens, un tueur à lui.

Joe, Michael et Jared prennent quelques jours de vacances clandestines ensemble, comme quand ils étaient gosses et ne connaissaient pas encore la Guerre. Mais des tueurs ne tardent pas à arriver et Joe ne doit la vie qu’à l’intervention de son ami. Une erreur qui attire sur lui l’attention de ses supérieurs (qu’il ne connait pas, les échanges sont uniquement téléphoniques, via un intermédiaire) qui seront encore plus indisposés suite au ratage d’une mission canadienne. Non seulement Joe rate sa cible mais en plus il blesse grièvement un innocent. Et tombe amoureux de Maria, jeune étudiante, trop jeune étudiante.

Au départ, j’ai trouvé ces jeunes gens endoctrinés extrêmement déplaisants. Tellement crédibles en fait, me suis-je rendu compte ensuite, que je les croyais monolithiques. J’ai donc accueilli l’évolution psychologique de Joe avec soulagement, d’autant plus qu’elle se fait très progressivement, il ne largue pas les convictions de toute une vie sur un coup de tête ou même un coup de foudre.

Sous ses couverts de justicier, Joe est juste un psychopathe qui flingue n’importe qui, un soldat endoctriné de la pire espèce.  C’est donc dans un premier temps la fascination du Mal qui pousse à la lecture. Puis au fur et à mesure que sa situation se fragilise parce qu’il s’humanise, le lecteur se surprend à s’inquiéter pour lui, et même à l’apprécier. Au final, ce type au départ infect devient même émouvant tout en restant crédible, ce qui est assez inattendu. Car le genre, celui du thriller mâtiné de grand complot et saupoudré d’action ne fait généralement pas la part belle au réalisme psychologique.

Des personnages réussis pour une intrigue qui ne l’est pas moins, progressant efficacement, gagnant petit à petit en tension et en enjeux. Ce qui donne un excellent divertissement, dévoré en une journée pluvieuse. Il y avait bien longtemps qu’un livre d’action ne m’avait pas plu à ce point.

Enfants de la paranoïa (Children of Paranoia, 2011), Trevor Shane traduit de l’anglais (américain) par Pascal Loubet, Michel Lafon, avril 2012, 362 pages, 19.95€

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

Littérairement curieuse et actuellement plongée dans une période hispanisante, je ne pouvais que m’intéresser à ce livre au titre aussi accrocheur que romantique : « Tout ce que nous aurions pu être toi et moi si nous n’étions pas toi et moi ». Je me renseigne sur ce jeune auteur inconnu ici, né…
Nous étions cinq jurés du Grand Prix de l'Imaginaire réunis aujourd'hui en fin d'après-midi à Saint-Malo, au festival Etonnants Voyageurs pour remettre le GPI 2012 dans ses diverses catégories. François Angelier, Jean-Pierre Fontana, Pascal Patoz, Jean-Luc Rivera et moi-même avons donc eu le plaisir de récompenser :   GPI 2012 : Roman…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *