Little Brother – Cory Doctorow


DoctorowAlors qu’il sèche les cours avec quelques copains, Marcus, dix-sept ans, est pris dans un mouvement de foule. Il est molesté, arrêté, encagoulé et retenu prisonnier plusieurs jours sans possibilité d’avoir recours à un avocat. On l’humilie et on le force à répondre à des questions sur ses activités de jeune hackeur informatique. Marcus n’a pourtant pas fait grand-chose de répréhensible, rien de bien dangereux en tout cas. C’est pourtant bien lui la cible, puisque ses amis arrêtés aussi sont interrogés à son sujet.

Il apprendra que ceux qui l’ont interrogé font partie de la Sécurité intérieure et qu’un attentat extrêmement meurtrier était à l’origine du mouvement de panique qui lui a coûté sa liberté : Al-Qaïda a fait sauter le Bay Brigde, les États-Unis sont en état d’alerte maximum  et San Francisco vit désormais à l’heure ultra-sécuritaire. Au nom de la protection des civils, les fouilles se multiplient et les systèmes de surveillance tracent les individus à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Caméras, puces, mouchards, tout est bon pour traquer l’ennemi. Mais qui est-il ?

Cory Doctorow a imaginé une société américaine à peine différente de celle qui existe aujourd’hui. Quelques points de différence : les élèves sont quasi fliqués, et ce avant même l’attentat, et le président est un abruti. Critères qui ont leur importance puisque qu’une grande majorité de la population ne réagira pas à la multiplication des appareils de surveillance, habituée qu’elle est à être dans l’œil du cyclone ; de plus la Sécurité intérieure n’aura pas de mal à imposer ses méthodes musclées, détruisant sans scrupules les dernières velléités de liberté individuelle : il n’y a personne en face pour défendre la constitution.

Marcus lui est prêt à se battre pour faire valoir ses droits et sa liberté. Grâce à ses talents d’informaticien, il crée un réseau parallèle indétectable, Xnet, grâce auquel il va entretenir la résistance en dénonçant les dérives de l’obsession sécuritaire, des abus policiers à la propagande médiatique.

C’est tout à fait efficace car on ne peut plus réaliste tant pour ce qui est de l’intrigue que des personnages. Marcus est un ado, il a des problèmes relationnels avec ses parents, des potes  et surtout il est attiré par Ange, qui ne ressemble pas aux jeunes héroïnes fleurs bleues habituelles. Ce roman n’est d’ailleurs pas dans la veine des romans de SF jeunesse actuels. Il n’invente pas de toute pièce une société dystopique mais prend modèle sur la nôtre, sur ce qu’elle sera sous peu si un certain discours sécuritaire se place au-dessus des lois. Ce roman n’est donc pas un simple divertissement, c’est aussi une invitation à la réflexion. Ce n’est pas rien de s’interroger sur la liberté individuelle quand la sécurité nationale est en jeu, quand il s’agit de protéger les populations. Comme on aimerait que nos lycéens se livrent aux mêmes débats que Marcus et ses camarades en cours de sciences sociales !

Ce roman s’inscrit donc dans une catégorie « jeunes adultes », tout en étant recommandable à tous. Cependant, Cory Doctorow se lance parfois dans certaines explications informatiques et technologiques extrêmement détaillées qui m’ont noyée le temps de quelques pages. On sent l’auteur enthousiaste sur la crypto et le faux positif, mais malgré ses (longues) explications, je n’ai rien compris…

Que ce petit bémol ne vous empêche pas de lire Little Brother, un roman quasi engagé, en tout cas un roman adolescent intelligent sans être didactique ni démonstratif.

Little Brother (Little Brother, 2008), Cory Doctorow traduit de l’anglais par Guillaume Fournier, Pocket Jeunesse, janvier 2012, 442 pages, 18.80€

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

Quelques jours avant Noël, le TGV Paris-Perpignan part bondé alors qu’il neige abondamment. Une conductrice, deux chefs de bord, une serveuse en voiture bar et plus de mille personnes à bord, dont six adolescents très mal dans leur peau, en souffrance psychologique. Chacun se protège de la société qu’il ressent…
Un Stephen King de temps en temps, ça ne fait pas de mal, suffit de choisir le bon. Celui-là est à mes yeux un bon cru, plus dans la thématique que dans la construction, très classique. Thad Beaumont est romancier. Il a écrit trois romans main stream sous son propre…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *