BD/Mangas

U-Boot – Jean-Yves Delitte

Cou-u-boot.jpg

Océan Atlantique, mars 1945 : un sous-marin allemand se dirigeant vers l’Amérique du Sud transporte à son bord un colis, indésirable mais imposé par Berlin. Et un certain Himmel, haut gradé de la Gestapo. Depuis plusieurs jours, des incidents techniques perturbent le quotidien des rudes marins. Pire, ils donnent tous bientôt libre cours à leurs instincts les plus meurtriers et commencent à s’entretuer, sans raison apparente. Le capitaine décide d’ouvrir les coffres d’Himmel dans lesquels il trouve du matériel médical, des fœtus, et un livret militaire qui révèle la véritable identité du voyageur indésirable…

Amazonie, mai 1951 : une expédition britannique tombe sur la carcasse d’un sous-marin allemand réputé hanté par les populations locales. L’un des membres de l’expédition décide d’explorer le sous-marin (et s’il cachait l’or des nazis ?) et y découvre un homme : un simple matelot, un brave soldat ?

Venise, juin 2059 : un étudiant et son professeur se font assassiner par une tueuse pulpeuse. Ils travaillaient à une thèse sur le monde de l’économie et des finances. Le commissaire Fiorentina enquête, demandant conseil auprès de son beau-frère, consultant en bourse, qui ne tarde pas à être lui aussi la cible de la tueuse à gages.

C’est dans le second (et dernier) tome que le lecteur fait le lien entre ces trois époques, même si dès le début on comprend qu’il est  question de la survie et de la reconversion des hauts dirigeants nazis. Il s’agit ici du docteur Mengel (je ne dévoile rien, c’est le titre du premier tome), dont le machiavélisme et la folie sont propres à inspirer bien des auteurs.

Jean-Yves Delitte choisit le mode du suspens, délivrant les informations au compte-goutte, le mystère étant total à la fin du premier tome : quel lien y a-t-il entre les meurtres à Venise en 2059 et cet infâme Mengel ? Le scénario tient donc le lecteur en haleine, mêlant histoire, intrigue policière et science-fiction (très soft). L’élément humain n’est pas absent, même si un peu surgi de nulle part à la fin. J’ai préféré le premier volume avec les scènes de folie meurtrière et d’extrême tension dans cet endroit clos qu’est le sous-marin.  C’est aussi dans la thématique maritime que le graphisme est le plus riche et le plus minutieux.

 

U-Boot, Jean-Yves Delitte, série en 2 volumes, 12 bis, 2011, 13.50€ pièce

A lire aussi :

Les Outrepasseurs / 1 – Cindy Van Wilder Peter est un jeune adolescent londonien qui rêve de percer dans le football. Il se réjouit justement de l’amélioration de ses performances quand il ag...
Le crépuscule des dieux / 1 – Gudule Il y a bien longtemps que je n'avais pas lu quelque chose d'aussi… repoussant, serait peut-être l'adjectif qui convient. Evidemment, au départ, je n...
Souvenirs de l’Empire de l’Atome ̵... Prêt pour le voyage dans le temps ? Voyage à la fois intersidéral dans l'Empire des Etoiles, mais aussi dans la bande dessinée d'hier avec Souvenirs d...
La nuit des Juifs-vivants – Igor Ostachowicz On a coutume de lire des livres graves sur la Shoah et l'antisémitisme. Il y a en effet sujets plus comiques. Cependant, on a pu lire de drôles de rom...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *