Adultes

Compte à rebours – Raoul de Warren

Warren

Avec Compte à rebours, je découvre Raoul de Warren (1905-1992) que L’Herne publie pourtant depuis les années 80. Après lecture de cet opus quelque peu suranné, j’ai trouvé de précieux renseignements sur cet auteur dans l’indispensable Dictionnaire des littératures policières (Joseph K., 2003). Raoul de Warren a vécu dans le Loir-et-Cher et fut contacté à la fin des années 1940 par les éditions Bordas « soucieuse de mettre sur le marché une collection de livres pour campeurs » parce qu’il était alors propriétaire d’un terrain de camping dans ce département (illustration des mille et un chemins possibles pour devenir écrivain…). Débuta alors une grande carrière d’auteur de romans policiers occultistes et certains le tenaient pour le Gustav Meyrink français. Des titres comme L’Enigme du mort-vivantLa bête de l’Apocalypse ou Les Portes de l’enfer sont certainement plus parlants que ce Compte à reboursqui pourtant n’est pas à cours de fantastique et met en scène un personnage que Raoul de Warren affectionnait : le comte de Cagliostro.

Michel, Charles et Laurence ne se connaissent pas. Ils sont pourtant tous trois irrésistiblement attirés, en ce soir de Noël 1943, dans la crypte de l’église Saint-Merri à Paris. Les jeunes gens ont-ils été hypnotisés, envoûtés, drogués ? Ils se retrouvent bel et bien enfermés et cette réclusion ne sera que le début d’une bien étrange histoire qui les fera explorer le passé de leurs ancêtres respectifs. Car il semblerait bien, d’après une mystérieuse inscription, que des personnes portant les mêmes prénoms qu’eux aient été enfermées là le soir de Noël 1863 mais aussi à la Noël 1793. Ils laisseront derrière eux un cadavre, tout comme leurs prédécesseurs.
Chacun cherche à découvrir la vérité, Laurence avec l’aide de Paul Sédillac, son cousin journaliste. Il semblerait bien qu’il y ait machination, très ancienne et terriblement maléfique, se transmettant de génération en génération. A moins que depuis le XVIIIe siècle, un seul et même homme continue de tirer les ficelles d’un jeu macabre…

Nous sommes là en plein dans la tradition du roman policier populaire, mêlant suspens, fantastique et  rebondissements à gogo. On pense à Gaston Leroux, mais aussi aux feuilletonistes du XIXe siècle, au premier rang desquels Alexandre Dumas et son Joseph Balsamo, comte de Cagliostro, grand sorcier devant l’Eternel. Ajoutez à ça une grosse pincée d’intrigues généalogiques chères à Raoul de Warren, éminent spécialiste du fait nobiliaire, et voilà un roman à la fois désuet et enlevé, académique et dynamique. Les dialogues sont attendus (« Allons ! vous êtes fait mon vieux ! Vous feriez mieux d’avouer tout de suite. »), les personnages stéréotypés et les situations typiques du roman policier conventionnel (on n’échappe pas à la réunion finale).  Le comte de Cagliostro et ses pratiques occultes viennent agréablement assaisonner le tout d’une pointe de malédiction très bienvenue.

Il faut donc avoir le goût du roman populaire pour apprécier ce roman qui se déguste comme une gourmandise du temps passé.

 
Compte à rebours, Raoul de Warren, L’Herne, novembre 2011, 283 pages, 15€ 

A lire aussi :

Les cornes d’ivoire / 1 – Lorris Murai... Premier tome d'une trilogie dans laquelle Lorris Murail propose une situation originale : l'Europe (ici, le Septentrion) a été dévastée par la peste...
Hordes / 1 – Laurent Genefort Comment se porte la science-fiction française ? Mal, voire très mal. Ses meilleurs auteurs sont donc contraints d'écrire de la fantasy s'ils veulent c...
Le marteau de Thor – Stéphane Przybylski A l'issue du Château des millions d'années, nous avions laissé Saxhäuser en train de couler au large de Madère. Souvenez-vous, cet agent du SD (servic...
Les fils de l’air – Johan Heliot La famille royale n'a pas été arrêtée à Varennes comme vous le croyez, non. Pour la bonne et simple raison qu'elle avait déjà fui la France depuis l...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *