BD/Mangas

La rage / 1 : Boisserie & Kerfriden

couv-ragecouverture.jpg

C’est en 2012 que s’est déclenchée l’épidémie. Seuls les enfants sont infectés et se transforment en monstres assoiffés de sang. Toute la planète est touchée, les enjeux sont simples : tuer tous les enfants c’est-à-dire éradiquer le genre humain à court terme, tenter de les maintenir en quarantaine dans des centres ravitaillés par l’armée ou être mangé…
Les milices d’Hérode ont choisi de combattre le mal à sa source et tuent lors d’opérations commando le plus d’enfants possible. Le gouvernement français en état d’alerte maximum a choisi la mise en quarantaine. Quelques militaires doivent donc se rendre sur les lieux pour pratiquer des prélèvements. En effet, dès que les enfants infectés atteignent la puberté, ils sont guéris et doivent être retirés des centres sous peine d’être dévorés.
Amina s’engage dans l’armée. Elle déclare avoir été jadis infirmière et souhaite se rendre utile. On comprend peu à peu qu’elle est à la recherche de son troisième enfant, celui qui au tout début de l’infection a tué ses frères et a été ensuite placé dans un centre. Elle n’en dit rien à son supérieur. Sa première mission tourne mal, elle doit être évacuée d’urgence. Elle est atterrée par ce qu’elle a vu dans le centre mais aussi surprise d’y avoir croisé son mari qui fait désormais partie de la milice.

Des zombies en veux-tu en voilà, le succès de la série Walking Dead faisant qu’on n’a pas fini d’en manger… Ça finira certainement par être lassant, mais ici, le fait que seuls de charmants enfants innocents soient victimes de l’épidémie rend le scénario original.

la-rage-planche.jpg

La construction alterne entre passé (le début de l’épidémie, la mort des enfants de Fred et Amina, la prise de contrôle par l’armée) et présent qui n’explicite pas grand-chose mais permet de constater que militaire est devenu un métier très très dangereux…

L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit de l’avenir de l’humanité (il serait petit joueur de faire moins dans le genre). Le combat prend une dimension plus intime à travers la quête d’Amina. Alors oui, on aimerait bien savoir si son petit zombie va s’en sortir ou s’il va la manger toute crue. J’espère que oui, ça permettrait à l’intrigue de prendre un tour vraiment original, laissant présager du pire et du vraiment incorrect…

La rage / 1 : Amina, Pierre Boisserie (scénario) et Malo Kerfriden (dessin), 12bis, août 2011, 48 pages, 13.50€

A lire aussi :

Les démons de Paris – Jean-Philippe Depotte J'aurais dû écrire mon billet dès lecture... J'ai laissé passer quelques jours et déjà l'histoire m'échappe, non pas qu'elle ne soit pas globaleme...
Génération K tome 1 – Marine Carteron On n'entre pas dans ce premier volume de Génération K, on y est précipité par l'énergie de Kassandre Báthory de Kapolna (dont l'apparition -l'irruptio...
Le mystère olphite – Carina Rozenfeld Les premiers titres de la collection jeunesse de L’Atalante sont sortis fin mai : une réédition, une traduction de l’américain et un roman français : ...
Alice au pays des morts vivants – Mainak Dha... Qui aurait pu croire que les classiques de la littérature anglaise feraient si bon ménage avec les zombies ? Après Orgueil et préjugés et zombies de S...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *