Adultes

Enfin la nuit – Camille Leboulanger

Leboulanger.jpg

Je pourrais le faire court : « belle couverture, post-apo, cf. La Route en moins bien ». Mais un premier roman mérite mieux, même si j’ai peiné à le finir malgré son petit nombre de pages.

Une société de peu après la catastrophe, dont la conséquence immédiate est le jour permanent. Beaucoup de morts ou de disparus, quelques survivants. Ces derniers ne sont pas malheureux, pas encore en tout cas, il y a toujours l’eau courante, à manger dans les magasins, un peu d’essence. Des trains aussi, au moins un, qui doit emporter tous les rescapés vers une destination inconnue.

Il y a aussi Thomas, ancien flic, dont la femme est partie, et Sophie, seize ans, qui vit seule dans une grande maison et décide de suivre Thomas, vers on ne sait où. Ils croisent d’autres personnes, en couple ou petit groupe, pas toujours hostiles mais pas toujours bienveillantes non plus. Et puis voilà… Ah non, il y a aussi Etienne, qui lui parle à la première personne, ancien flic aussi, qui ressemble terriblement à Thomas.

On pédale, on mange, on sympathise ou pas… même sur moins de deux cents pages, c’est un peu long. Pas d’objectif, pas d’évolution des personnages, pas d’enjeu narratif, pas de réflexion sur le pourquoi du comment on en est arrivé là. Ça pourrait être une rêverie sur l’état du monde après le monde actuel, mais le roman n’est pas assez descriptif et réflexif pour ça.

Je ne vois pas bien où le jeune Camille Leboulanger veut en venir, ni à quoi sert cette étrange construction (un personnage à la première personne, un autre à la troisième), j’ai cru à une schizophrénie, mais non. Je reste donc assez étrangère à ce texte dont la portée m’échappe et dont l’écriture est bien trop travaillée, presque maniérée, pour faire un style.

Enfin la nuit, Camille Leboulanger, L’Atalante, août 2011, 183 pages, 12€

A lire aussi :

Le grand n’importe quoi – J.M. Erre Vous l'ignorez certainement, mais il existe un village en France pour la science-fiction : Gourdiflot-le-Bombé. Il s'y trouve un nombre impressionnant...
La mère des eaux – Rod Marty Après un premier roman au suspens réussi, Les Enfants de Peakwood, Rod Marty nous revient toujours chez Scrinéo. La mère des eaux nous plonge à nouvea...
La quatrième théorie – Thierry Crouzet Vous qui menez une vie de blogueur pépère, il est temps, si ce n’est fait, de vous interroger sur les enjeux du web. Si tout commence très vite dans L...
Le Sang des 7 rois, livre deux – Régis Goddy... Après un premier roman, également premier volume de la série Le Sang des 7 rois, on attendait le deuxième avec intérêt. Car la fantasy française ne re...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *