Adultes

Narcogenèse – Anne Fakhouri

NarcogenèseLa famille Le Gaucher est bien étrange : recluse, riche d’une fortune amassée et de propriétés. Beaucoup de femmes dans cette famille, avec semble-t-il d’étranges pouvoirs. Louise par exemple, est infirmière et peut pénétrer le monde onirique que ses patients dans le coma ont inventé pour survivre. Sa mère Claude cache un secret sous sa froideur et sa grand-mère avait elle aussi une perception toute personnelle de la réalité et des rêves.

Les hommes ne semblent par contre pas bien lotis : ils meurent jeunes ou disparaissent, seul le petit Max vit encore au Chais avec sa soeur, sa mère Diane, sa tante Louise et sa grand-mère. Pourtant, c’est bien un petit garçon qu’on trouve un jour au pied des amandiers, presque mort de froid. Et Ti, le fils des gardiens, est bien un jeune homme, mais il est parti depuis longtemps, s’occuper d’enfants qui n’ont pas de parents, comme celui retrouver au pied des amandiers…

Et bientôt, c’est le capitaine Simon Larcher qui s’introduit dans la propriété pour enquêter. C’est quasi comme un viol pour Claude Larcher contrainte de le laisser entrer. Il va découvrir dans la vieille demeure des secrets ancestraux et terrifiants, faits de souvenirs, de peurs et de cauchemars.

Anne Fakhouri pour son premier roman adulte installe rapidement une ambiance oppressante, une atmosphère d’attente morbide. On s’interroge sur les pouvoirs de toutes ces femmes, sur ce que sont devenus les hommes de la famille et pourquoi. L’enquête policière qui charpente l’intrigue est rendue crédible grâce à la personnalité de l’enquêteur, râleur et tendre à la fois.

Les passages évoquant l’affreux Marchand de Sable sont réussis, suscitant pour ma part des souvenirs à la Tim Burton. D’autres épisodes me semblent assez obscurs, mais il est peut-être sage de ne pas tout interpréter. Il y a là un mélange d’horreur et de contes, une ambiance à la fois familière et inquiétante. Réalisme et fantastique se trouvent donc ici confrontés dans un roman à l’écriture fluide. L’ensemble est peut-être cependant un peu trop sage (à l’image de la couverture)  et le propos retenu par le classicisme du ton, pour être vraiment efficace (on n’en fera pas de cauchemars) et mémorable.

Anne Fakhouri sur Mes Imaginaires

.

Narcogenèse, Anne Fakhouri, L’Atalante, avril 2011, 312 pages, 18 €

A lire aussi :

Les brumes de l’apparence – Frédérique... Tout aurait pu assez mal se passer avec Les brumes de l'apparence tant La grand-mère de Jade m'a déplu. Je craignais les clichés, liés ici à la condit...
La douane volante – François Place La Bretagne au tout début de la Première Guerre mondiale. Gwen est un jeune garçon de quatorze ans un peu maladif que le rebouteux local a pris sous...
Tom Lorient – Marie-Aude Murail Tom Lorient, 30 ans est sûr de lui : alors qu'il rentrait chez lui de nuit, sa voiture s'est arrêtée sans raison, il a vu une soucoupe volante et des ...
Station 16 – Hermann & Yves H. Savez-vous où se trouve la Nouvelle-Zemble ? Pas seulement dans l’imagination des Hermann père et fils, même si celle-ci compte pour une bonne part da...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *