Adultes

Le fond du ciel – Rodrigo Fresán

Fresan.jpg

« D’accord, les dates ne concordent pas, les lieux sont imprécis, les visages se confondent et j’apparais dans plusieurs endroits tout en disparaissant ailleurs. »

Voilà en une phrase ce que le lecteur va devoir affronter s’il veut venir à bout de ce roman, Le fond du ciel, peut-être romanesque, plus certainement labyrinthique, qui nécessite au moins un lecteur attentif. L’auteur est Argentin mais l’action (?) se passe en grande partie à New York avant et après le 11 septembre, qui ne résonne donc pas dans la seule conscience étasunienne. On voit la ville la tête en bas sur la couverture, il en est de même pour la narration qui abandonne tout ressort traditionnel pour balader son lecteur de narrateur en narrateur, jusqu’au désert d’Irak et « l’espace entre cette planète et l’autre planète » (titre de la deuxième partie).

On retrouve à peu près les mêmes personnages d’une partie à l’autre, dans les mêmes rôles (ouf !) : Isaac Goldman écrivain de science-fiction devenu riche car exécuteur testamentaire d’un certain Warren Wilbur Zack, lui-même écrivain maudit de science-fiction ; son cousin Ezra qui fait découvrir le genre à Isaac et deviendra inventeur (ou peut-être ingénieur…) pour les services secrets ; Jeff, un pote qu’ils acceptent pour son argent ; et enfin une femme, aperçue par Isaac et Ezra, adorée d’eux, mais dont je serais bien incapable de définir la vraie nature…

Il est question dans Le fond du ciel d’écriture, de traumatismes, de fins du monde, d’extraterrestres observant notre bonne vieille Terre avant d’y débarquer, de femme bizarre qui voit l’avenir et de fans de science-fiction, celle de l’Age d’or, celle des années 60, celle de 2001 l’Odyssée de l’Espace.

Rodrigo Fresán fait long, très long parfois, et surtout extrêmement confus avec une évidente volonté de perdre le lecteur qu’il invite à une expérience de lecture. Rien de confortable ici, il s’agit de perdre ses repères, de bousculer la forme (sans pour autant malmener la langue). « Rien n’était expliqué. Nous n’avions nul besoin de tout comprendre » dit le narrateur à propos du film de Kubrick, c’est évidement valable pour ce livre.

Il y a par ailleurs de très intéressantes réflexions sur la science-fiction, son évolution, ses tendances actuelles. Je vous laisse sur cette belle idée :

« … les livres sont peut-être des organismes extraterrestres. Des êtres qui nous enlèvent pour nous emmener dans d’autres mondes, des mondes meilleurs et bien mieux écrits que le nôtres. »

Le fond du ciel (2009), Rodrigo Fresán traduit de l’espagnol (Argentine) par Isabelle Gugnon, Seuil, août 2010, 300 pages, 21 €

A lire aussi :

Le dernier voyage d’Horatio II – Eduar... Le commandant Horatio II consigne jour après jour dans son Respectueux Rapport tous les faits et gestes de l'équipage et des passagers de son vaisse...
Louis Capet, suite et fin – Jean-Luc Benozig... Les éditeurs de littérature dite générale nous réservent parfois de bonnes surprises. Les non-lecteurs de SF vont pouvoir découvrir, sans le savoir s'...
Sans nouvelles de Gurb – Eduardo Mendoza Ils sont deux. Deux extraterrestres venus d'une lointaine planète pour explorer la Terre. Et pour mieux l'explorer, ils prennent l'apparence des...
La soif primordiale – Pablo de Santis Le jeune Santiago Lebrón, héros de La soif primordiale, vint de quitter sa province perdue et morose pour vivre à Buenos Aires. Il commence modestemen...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *