Adultes

Les âmes brûlées – Andrew Davidson

Davidson.jpg

Le roman commence sur une scène d’accident : le narrateur ivre au volant est emprisonné dans sa voiture qui prend feu. Il cuit peu à peu puis perd connaissance. Il se réveille à l’hôpital, brûlé au-delà du troisième degré, peut-être aurait-il mieux valu qu’il meure… Placé en soins intensifs, il ne peut rien faire par lui-même et pense au jour où il sortira et pourra se suicider.

Mais il reçoit bientôt la visite d’une certaine Marianne Engel qui semble très bien le connaître alors qu’elle lui est totalement inconnue. Elle lui raconte l’histoire de couples qui ont vécu il y a longtemps, dans l’Italie de la Renaissance ou le Grand Nord médiéval, et qu’elle semble avoir rencontrés. Elle lui explique alors qu’elle a plus de sept cents ans et qu’ils ont tous deux fait connaissance au Moyen Age en Allemagne, alors qu’elle vivait depuis sa naissance dans un béguinage et que lui était mercenaire.

En un roman, on a donc droit a plusieurs belles histoires d’amoooooouuuur… c’est donc déjà beaucoup, mais en plus, l’intrigue est désespérément plate : Marianne enchaîne les récits, le lecteur (et le narrateur) s’interroge sur sa santé mentale, mais (je suis désolée de l’avouer mais ça évitera certainement aux curieux comme moi de se casser les dents) on ne saura pas si cette fille est une schizophrène terriblement érudite ou bien si l’auteur prend vraiment la voie du fantastique.

Certains passages sont terriblement longs (je trouve très souvent longues les belles histoires d’amoooooouuuur…) mais il faut quand même saluer le travail historique de l’auteur. Très visiblement, Andrew Davidson s’est beaucoup documenté, notamment sur l’Allemagne médiévale, la vie dans un béguinage et l’atmosphère religieuse de l’époque (et parce qu’il n’y a pas que la SF dans la vie, j’ai moi-même jadis travaillé sur une béguine belge, d’où mon intérêt pour ce livre). Il restitue ses recherches sans lourdeurs, avec un naturel romanesque tout à fait convaincant si ce n’est la longueur du propos. Il ne fait par contre pas de même avec son érudition littéraire et nous colle un passage aux enfers dantesques aussi inutile qu’interminable.

Autre point positif : l’évolution du narrateur qui avant son accident était un homme  prétentieux, insouciant, égoïste et star du cinéma porno. Il ne comptait que sur son physique et son sexe, et il a perdu l’un et l’autre dans l’accident. Et cet homme qui n’a jamais connu l’amour le rencontre quand il croit qu’il n’est plus rien… ce type-là m’a émue… et rassurée : j’ai un coeur finalement…

Les âmes brûlées (2008), Andrew Davidson traduit de l’anglais (Canada) par Natalie Zimmermann, Plon, 2009, 502 pages, 22 €

A lire aussi :

Le conte des hérétiques – Sarah Singleton Les éditions Plon nous ont fait découvrir l'an passé l'univers étrange de Sarah Singleton dans Les fantômes de Century : sombre, mystérieux, tout en o...
Phaos – Alain Bergeron Un roman québécois d'inspiration cyber punk comptant plus de 550 pages et écrit par un conseiller politique, ça peut être impressionnant, mais c'est...
L’anti-magicien / 1 – Sébastien de Cas... Un apprenti magicien qui cherche ses pouvoirs : voilà qui pourrait nous rappeler bien trop de romans jeunesse et plus. Si on se demande pourquoi (ou p...
La faim du loup – Stephen Marche Le photomontage en couverture de La Faim du loup pourrait laisser penser que nous avons affaire à un roman gothique, avec château enneigé dans une lan...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *