BD/Mangas

L’île Panorama – Ranpo et Suehiro

ile-panorama-1.jpg

Cet album fut pour moi l’occasion de découvrir Maruo Suehiro, le maître de l’érotisme grotesque japonais. Que les fans du genre modèrent toutefois leur enthousiasme, il ne donne lieu qu’à quelques planches en fin d’album, de quoi être frustré.

Hirosuké Hitomi est une écrivain raté et peu scrupuleux. Aussi, quand il apprend la mort de Komoda, son richissime ami d’enfance à qui il ressemble comme deux gouttes d’eau, il n’hésite pas à subtiliser son cadavre et à faire croire à une résurrection afin de se faire passer pour lui. Le voilà donc à la tête d’une fortune considérable qui va lui permettre de réaliser son plus grand rêve (qui n’a rien de littéraire) : aménager un paradis des plaisirs sur une île isolée. Il fait effectuer les travaux nécessaires et bientôt, son rêve se concrétise. Mais Komoda avait une femme, devenue la sienne, dont Hirosuké Hitomi se méfie car elle seule pourrait le démasquer.

lile_panorama_image.jpg

Ce manga est l’adaptation d’un roman policier de Edogawa Ranpo (1894-1965) considéré comme le maître du roman policier japonais et fervent admirateur d’Edgar Allan Poe (« Edogawa Ranpo » est la transcription phonétique japonaise de « Edgar Allan Poe ») et Arthur Conan Doyle. Je ne sais pas ce que vaut le roman mais le manga ne fait preuve d’aucun suspens et il n’y a d’ailleurs aucune enquête. Les ficelles scénaristiques sont énormes et la fin expédiée. Il n’y a pas non plus d’hésitation quant au comportement d’Hitomi qui dès le départ est montré comme un sale usurpateur prêt à tous les crimes pour parvenir à ses fins.

 

La partie scabreuse tant attendue ne commence qu’après deux cents pages, pour donner lieu à une accumulation de vignettes très explicites bien trop nombreuses. Comme si l’illustrateur disposait enfin des cinquante dernières pages pour dessiner le plus de scènes de débauches possible. Ça en devient grotesque, c’est l’idée, mais qui dit grotesque ne dit pas drôle, à mes yeux en tout cas. Bref, j’ai fini par trouver ces amas de corps assez lassants.

 

Le graphisme est cependant très soigné. D’une grande précision, le trait fin et précis de Maruo Suehiro donne lieu à de très beaux décors (jardins à la française, cascades, lacs, palais, statuaires…). Si les corps forniquant l’inspirent, il ne fait pas de doute qu’il excelle à représenter la finesse d’une végétation abondante, l’exotisme luxuriant des oiseaux, l’abandon touffu d’un cimetière. Et ce dessin très raffiné sert à merveille la décadence du héros dans sa quête sensuelle et esthétique.

 

L’île Panorama, Ranpo Edogawa et Suehiro Maruo, traduit pas Miyako Slocombe, Casterman, avril 2010, 280 pages, 13.50 €

 

A lire aussi :

Le passage de la nuit – Haruki Murakami La nuit est un cadre idéal pour que se développe l'univers onirique de Murakami. Une nuit qui ressemble à ce qu'elle est vraiment, si ce n'est quelq...
Route 225 – Chiya Fujino On nous annonce un roman japonais pour ados qui frôle le fantastique, joue sur la frontière entre les mondes. Alors on se précipite, espérant lire e...
Ikigami / 1 à 4 – Motorô Mase Ce pays s'est doté d'une "loi pour la sauvegarde de la Prospérité Nationale" par laquelle il envoie à la mort un certain nombre de jeunes gens, afin q...
7 milliards d’aiguilles – Tadano Nobua... Alors qu'elle est en voyage scolaire avec sa classe, Hikaru assiste à ce qui ressemble à la chute d'une météorite. De retour chez elle, elle ne tard...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *