Adultes

Le siècle mécanique / 1 – Cherie Priest

Priest.jpg

Beaucoup d’atouts pour ce livre, qui m’ont poussée à l’ouvrir. Déjà, une belle couverture. Ensuite, c’est un des premiers titres publiés par le label Eclipse des éditions La Bibliothèque interdite. Enfin une uchronie steampunk, ou du steampunk uchronique, comme on veut, c’est bien tentant.

L’action se passe en 1880 alors que la guerre de Sécession se prolonge indéfiniment. En effet, le colonel Jackson n’étant pas mort après la bataille de Chancellorsville en 1863, les Confédérés poursuivent la guerre : tel est le point de divergence de l’uchronie.

Nous sommes à Seattle (état de Washington, Nord Ouest des Etats-Unis) qui n’a pas grand-chose à voir avec la ville que nous connaissons. En effet, elle a été presque totalement dévastée par le perforateur à percussion du docteur Leviticus Blue, autrement nommé Boneshaker. Erreur de fonctionnement ? Complot ? Toujours est-il qu’en ce 2 janvier 1863, la machine éventre les sous-sols des banques de Seattle et que son constructeur disparaît ensuite aux yeux du monde. Mais les dégâts sont bien pires qu’un simple vol : le Boneshaker a libéré un gaz toxique retenu jusque-là dans les profondes couches souterraines. Les ouvriers chargés de reconstruire la ville sont alors atteints, puis il faut murer le centre-ville pour que le gaz lourd y reste enfermé. Car ses malheureuses victimes meurent et reviennent à la vie transformées en zombies…

En 1880, Zeke, le fils que Leviticus Blue n’a jamais connu, a seize ans. Il décide de braver les interdits et de pénétrer dans la ville emmurée pour prouver que son père n’est pas à l’origine du mal qui aujourd’hui encore ravage la ville. Sa mère, Briar Wilkes, part sur ses traces.

Les chapitres alternent entre la quête de Zeke et celle de Briar : l’un s’introduit dans l’enceinte de la ville par les sous-sols, l’autre par voie aérienne (jolis ballons en passant) et voilà grosso modo toute l’intrigue. Ça n’est pas mal fait, juste un peu mince. On apprend qu’un type règne sur les sous-sols, un type qui invente des machines plus folles les unes que les autres… qu’il y a là-dessous des gentils et des méchants… et qu’il faut se méfier des zombies…

Le personnage de Briar Wilkes est sans conteste très réussi, dense, tout en contradictions, désir d’affirmation et de reconnaissance. Son fils est plus survolé et j’ai trouvé vraiment très étrange que la traductrice française lui fasse vouvoyer sa mère…

Ce qui m’a le plus déçue, c’est qu’on ne se sent vraiment pas au XIXe siècle au État-Unis. L’époque n’est pas restituée, que ce soit le vrai 1880 ou celui imaginé par l’auteur. Vu qu’on passe les trois quarts du livre en sous-sols ou dans la ville condamnée, l’aspect historique n’est pas présent. De même, je ne vois pas vraiment l’intérêt de situer ce livre durant un prolongement de la guerre de Sécession. Pourquoi pas pendant ou après ? Ou à une autre époque ? Bref, si l’aspect steampunk donne bien lieu a des inventions mécaniques réjouissantes, l’uchronie ne me semble pas justifiée.

463 pages, c’est à mon goût un peu long pour les enjeux bien minces du livre et les événements qui s’y déroulent. Ceci dit, c’est assez plaisant à lire sans être furieusement original ni inoubliable.

Le Siècle mécanique / 1 : Boneshaker (2009), Cherie Priest traduite de l’anglais (américain) par Agnès Bousteau, La Bibliothèque interdite (Eclipse), octobre 2010, 463 pages, 18€

 

A lire aussi :

Hush, Hush – Becca Fitzpatrick Après les vampires, les anges, de préférence ténébreux, donc déchus, c’est plus sexy. Car l’ange est sexy, rien à voir bien sûr avec les créatures a...
Glissement de temps sur Mars – Philip K Dick La planète Mars de Philip K Dick a été colonisée et sur Terre, on pousse les Hommes à s'y implanter. Terre promise ? Loin de là. L'Homme reproduit sur...
Les Magiciens – Lev Grossman Difficile d'oublier qu'on a vu les épisodes d'une série quand on se plonge dans les romans qui l'ont inspirée. On souligne ce qui manque, on attend ce...
Les prédateurs – Whitley Strieber John et Miriam vivent à New York. Ils se sont rencontrés sur les terres ancestrales anglaises du jeune lord deux cents ans auparavant et depuis, c'e...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *