Adultes

Au nord du monde – Marcel Theroux

Theroux.jpg

Voici encore un roman publié hors collections spécialisées et qui devrait intéresser bien des lecteurs de SF, en particulier ceux qui ont une fibre littéraire qui peine à survivre en nos domaines.

Dans un univers post-apocalyptique, ou peu s’en faut, on suit Makepeace la narratrice, d’apparence si masculine que tout le monde la prend pour un homme. Elle vit dans une ville désertée, jusqu’au jour où elle y rencontre Ping. Leur histoire va mal finir et Makepeace va quitter sa ville, partir ailleurs, mais rien ne va bien se passer. Il reste des communautés dans le Grand Nord qu’elle traverse, des communautés avec leurs lois et leurs règles, et surtout leurs chefs. Makepeace va connaître la prison, puis la Zone, cet endroit mystérieux dont certains ne reviennent jamais.

Ce n’est que petit à petit que le lecteur construit le monde de la narratrice. Au fur et à mesure de son récit, on comprend qu’elle est fille de colons venus s’installer dans le nord de la Russie pour changer de vie.

Mais des hommes et des femmes comme mon père rêvaient de quitter leur ville, de planter des racines nouvelles sur cette terre pour qu’elles poussent dans les petits arpents que leurs ancêtres avaient travaillés à la main. Ils avaient privilégié ce choix – le choix de quoi, je l’ignore – aux rêves de vitesse, de cités de verre et de luxe que poursuivent les hommes qui savent qu’ils ne connaîtront jamais la faim.

Quand les parents de Makepeace, Quakers, ont quitté les Etats-Unis, il était déjà trop tard pour leur rêve utopique : ils allaient peu de temps après être rattrapés par les victimes de toutes les catastrophes écologiques et chimiques que le monde moderne a fabriquées.

Makepeace avance dans un monde glacé, déserté, hostile. Elle lutte contre le froid et la faim, mais aussi contre d’autres rescapés vivant en petites collectivités d’hommes en exploitant d’autres. On pense forcément à La route (sans atteindre une telle perfection), et à tous les survivants en des mondes d’après la catastrophe.

Ce livre est avant tout tourné vers la réflexion, et certains y trouveront peut-être quelques longueurs et un manque évident d’action, car le propos n’est pas là. Marcel Theroux (un Britannique, comme son nom ne l’indique pas), met en place une utopie qui a échoué, les conséquences du dérèglement climatique et surtout donne vie à une héroïne qui, placée dans un environnement hostile et ultime, expérimente dans son corps et son âme la vérité, la loyauté, le courage, l’amitié, l’espoir.

Rien de bien neuf dans la thématique, mais l’écriture est belle même si certains épisodes tournent un peu en rond et que de bonnes idées ne sont pas exploitées. Si la réussite n’est pas aussi évidente que chez McCarthy, c’est que les tensions sont quand même moindres et l’enjeu pas aussi fort.

Marcel Theroux sur Mes Imaginaires

 

Au nord du monde (Far North, 2009), Marcel Theroux traduit de l’anglais par Stéphane Roques, Plon (Feux croisés), août 2010, 296 pages, 22€

A lire aussi :

Murmures souterrains – Ben Aaronovitch Où l’on retrouve le toujours sympathique Peter Grant pour le troisième volume de la série Le Dernier apprenti sorcier, 100% british et même 100% londo...
Le cercle de Farthing – Jo Walton C’est forte de l’enthousiasme de nombreux lecteurs que j’ai ouvert ce roman de Jo Walton, qui arrive en France après le succès de Morwenna. Une ambian...
La déclaration – Gemma Malley 2140 : Anna, quinze ans, vit à Grange Hall avec les autres Surplus de son espèce. Elle fait partie des enfants indésirables nés illégalement depuis la...
Le dernier loup-garou – Glen Duncan L'engouement pour les vampires ne s'est guère tari depuis Dracula : on a vu des auteurs, des réalisateurs s'emparer du mythe et le décliner sur tous l...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *