Rex Mundi / 2 – Arvid Nelson & Eric J


Rex-Mundi-2.jpg

Grâce à la bande d’enfants qu’il soigne gratuitement, le docteur Saunière échappe à l’Homme en blanc qui tombe dans la Seine. Qui était-il ? Il semble évident que les recherches du jeune médecin dérangent bien du monde, mais lui continue à se renseigner sur les Templiers qui de simples chevaliers dépenaillés auxquels le premier duc de Lorraine a confié la garde des ruines du temple du roi Salomon, sont devenus riches et puissants au point de faire de l’ombre au roi de France. Qu’ont-ils trouvé en fouillant les ruines ?

Oui, les Templiers, encore. Oui, il a été beaucoup écrit et beaucoup élucubré sur le sujet mais tant pis, ce second volume tenant les promesses du premier, Le Gardien du Temple, je recommence à vous en vanter les mérites.

Rex-Mundi-5.jpg

Car moins que l’intrigue qui finalement ne m’intéresse pas vraiment, c’est le contexte que je trouve très réussi, étudié, soigné, exploité. Toujours grâce au procédé de reproduction de pages du « Journal de la Liberté », on en apprend plus encore sur ce Paris uchronique de 1933 : le « rôle civilisateur et stabilisateur pour l’humanité entière » de l’Église, qui à travers ses inquisiteurs assure la fonction de police ; le fonctionnement des différentes chambres au sein de l’Assemblée nationale ; la création et l’état actuel du Saint Empire Romain Germanique, dirigé en despotes par les Habsbourg ; la situation en Amérique du Nord où les états jadis unis se sont séparés en deux suite à la Guerre de Sécession, la République Fédérale d’Amérique (RFA) au Nord et les États Confédérés d’Amérique (ECA) au Sud.

Le contexte est tellement bien intégré à l’intrigue, qu’on se prend même d’intérêt pour celle-ci, avec son bon docteur Saunière et son méchant duc de Lorraine. Il y a la belle maîtresse qui joue double-jeu, l’ami juif, et ici et là quelques cadavres histoire de soutenir l’attention…Le rythme ne faiblit jamais, tant pour ce qui est de l’énigme ésotérique elle-même que des remaniements politiques dont la crédibilité devrait faire pâlir les historiens…

J’apprécie toujours le graphisme, même si parfois, d’évidents problèmes de proportion et d’expressions se confirment dans les visages.

 

Rex-Mundi-2-2.jpg

 

Rex Mundi – 2 : le fleuve souterrain, Arvid Nelson (scénario), Eric Johnson (dessin), Bragelonne (Milady Graphics), octobre 2010, non paginé, 14,90 €

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

ARG, MMORPG, GURPS… ces acronymes ne vous disent rien ? Pas grave, à moi non plus, et ça ne m’a pas empêchée d’apprécier ce roman de Walter Jon Williams qui propose à son lecteur une plongée sans filet dans le monde des jeux virtuels (mais pas tant que ça). Acte I :…
Je n’ouvre pas sans quelque appréhension un livre de Xavier Mauméjean qui m’a perdue et lassée bien des fois. Si l’enthousiasme n’est encore pas au rendez-vous, ça ne tient cette fois pas au style, assez sobre, ni à d’éventuelles longueurs. J’ai apprécié l’inventivité dont fait preuve l’auteur, l’ennui est venu…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *