Jeunesse

Reckless – Cornelia Funke

Funke.jpg

Voici le retour de la star allemande de la littérature jeunesse dont le cycle précédent, Coeur d’encre (le premier tome remporta le GPI en 2006) a connu un grand succès. Impossible que celui-ci ne prenne pas le même chemin tant tous les atouts sont là pour séduire le public adolescent, et même les autres. Car en plus de recettes éprouvées, Cornelia Funke utilise quelques ingrédients originaux, même si tirés tout droit du folklore des contes de son pays qui sont devenus le patrimoine mondial.

Deux frères, Jacob et Will (pas Grimm, mais Reckless), sont passés de l’autre côté du miroir comme leur père disparu. Le monde dans lequel ils passent une partie de leur enfance et dans lequel Jacob s’est taillé une solide réputation de chercheur de trésors, est désormais aux mains des Goyls (de l’anglais « gargoyls », les gargouilles de pierre qui ornent les églises). Ces êtres de pierre jadis vivaient sous terre mais ils se sont implantés à la surface, notamment grâce au pouvoir des fées, au premier rang desquelles la Fée Sombre, maîtresse de l’empereur : à chaque fois qu’un homme de chair est griffé par un Goyl, il se transforme en homme de pierre. Au cours d’un combat avec ces créatures, Will est blessé. Irrémédiablement, sa peau se change en pierre. Si Jacob ne parvient pas à vaincre ce sortilège, Will deviendra un Goyl. Et pas n’importe lequel, le Goyl de jade que l’empereur recherche car grâce à lui, il deviendra tout-puissant.

S’engage donc une course contre la montre et contre la mort : Jack doit trouver un remède pour son frère et pour ça vaincre les mille dangers que recèle ce royaume merveilleux. Jack, qui ne s’est jamais soucié que de lui-même, du plaisir d’aimer une fée ou de sentir l’adrénaline bouillir dans ses veines en affrontant le danger, Jack doit désormais se soucier de son frère tant aimé. Il est aidé par Clara, la fiancée de Will et par Fox, une jeune fille renarde. Il bénéficie également de quelques talismans magiques comme une clef qui ouvre toutes les portes, une corde en cheveux de Raiponce, un élixir d’invisibilité, un mouchoir qui fournit inlassablement des pièces d’or… etc.

Cornelia Funke joue avec son lecteur. Même jeunes, tous connaissent les contes de fées convoqués dans ce roman, premier tome d’une série : La Belle au bois dormant, Blanche-Neige, Hansel et Gretel… Ils sont tous là, mais dans une version effrayante, beaucoup plus proche par leur pessimiste des versions Grimm que des versions aristocratiques de Perrault. Vous pensez que le prince est venu réveiller la Belle au Bois Dormant par un baiser après cent ans de sommeil ? Pas du tout, la princesse s’est momifiée dans son sommeil car aucun prince n’est jamais parvenu jusqu’à elle. D’ailleurs, les cadavres de ceux qui s’y sont essayés sont encore accrochés dans  les défenses magiques de son château…

Cette réutilisation sombre du folklore des contes rapproche ce livre du Livre des choses perdues, autre excellent roman jeunesse de John Connolly.

Signalons quand même que Cornelia Funke a une écriture exigeante. Ce que l’on sait de la jeunesse de Jacob et Will, c’est au lecteur de le construire grâce aux indices semés ça et là. Rien de linéaire, rien de donné, le lecteur doit être attentif. On n’assiste par exemple pas au passé de Jack en chercheur de trésors, ni au combat qui valut sa blessure à Will. Ce n’est que petit à petit que passé, enjeux et personnages se dessinent dans toute leur complexité et c’est aussi ce qui me fait apprécier particulièrement ce roman.

Et comme si ce n’était pas suffisant, l’auteur se fait illustratrice et agrémente chaque première page de chapitre de dessins au crayon qui traduisent très bien le merveilleux qu’elle suggère.

Cornelia Funke sur Mes Imaginaires

Reckless / 1 : le sortilège de pierre (2010), Cornelia Funke traduite de l’allemand par Marie-Claude Auger, Gallimard Jeunesse, septembre 2010, 327 pages, 15€

A lire aussi :

Substance Mort – Philip K. Dick La substance mort est un drogue en vogue dans une Amérique à peine futuriste. Elle attaque le cerveau, grignote les lobes pariétaux et initie des névr...
Le roi des rats – China Miéville Saul Garamond est accusé du meurtre de son père que l'on a retrouvé écrasé au pied de son immeuble après être passé par la fenêtre. Emprisonné, il est...
Endgame – James Frey A la lecture d’Endgame, on peut se demander jusqu’où ira la littérature jeunesse dans la banalisation de la violence. La violence comme jeu, comme spo...
Le combat d’hiver – Jean-Claude Mourle... En un temps indéterminé, des jeunes gens vivent dans un internat morose à la discipline de fer. Pas de rires ni de chansons, l'obéissance et la soumis...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *