Adultes

La colonie des ténèbres – Jérôme Bucy

Bucy.jpg

Le lecteur, amateur ou non de chauves-souris, suit alternativement deux fils narratifs.

En 2006 à Paris, Andersen Olchansky est informaticien et passionné de chauves-souris. Il les observe, notamment dans les souterrains parisiens de la Petite Ceinture où en ce mois de mars elles achèvent leur période d’hibernation. Il est alerté par certains comportements extrêmement étranges : ça et là, quelques spécimens se réveillent, totalement désorientés, se battent entre eux et attaquent même des hommes. Malgré les protestations du groupe chimique, le nouvel insecticide Nat Green de Naturalis serait-il à l’origine de ces troubles du comportement ? Andersen se fait engager par Naturalis en tant qu’informaticien pour surveiller leur réseau informatique. Celui-ci a d’ailleurs déjà été piraté par le biais de leur film publicitaire sur lequel on a greffé le film de la scène d’un meurtre particulièrement sanglant : une femme assassinée par son mari à coups de couteau et qui se donne la mort ensuite. Le jeune informaticien enquête et découvre que le film date de plus de quinze ans, que la femme était institutrice et que son mari l’aurait tuée dans une crise de démence, dont il aurait manifesté des signes avant-coureurs après avoir travaillé sur un site pollué par Naturalis. Il semblerait donc que le groupe ait utilisé et utilise encore des produits néfastes entraînant de graves troubles du comportement.

Berlin Est, 1962. Le docteur Sterz est appelé sur les lieux d’un crime horrible : une femme, accrochée par les mains et les pieds, a été lacérée de coups de couteau devant les yeux de son enfant, Wolfgang, en état de choc. Un autre crime tout à fait semblable est commis peu après, toujours en présence d’un enfant. Un soldat américain en poste à Berlin Ouest, venant souvent assouvir ses fantasmes qualifiés de pervers du côté Est est bientôt arrêté par la Stasi. Le docteur Sterz cherche à entrer en contact avec Wolfgang qui ne prononce plus un mot et reste apathique, sauf quand il lui apporte des bandes dessinées de Batman, qu’il feuillette, toujours sans parler. Mais la Stasi empêche bientôt Sterz de rencontrer l’enfant.

Ce livre est arrivé jusqu’à moi dans le cadre du Grand Prix de l’Imaginaire, alors je l’ai lu. Mais force m’est de constater, une fois refermé, qu’il ne contient pas d’éléments fantastiques ou autres. Il s’en rapproche par l’intérêt porté à l’écologie (et les crises d’agressivité des chauves-souris) et le piratage informatique, c’est tout.
Cependant, ça n’en reste pas moins un roman policier très agréable à lire, le suspens est assez prenant et le dénouement beaucoup moins prévisible que ce qu’il pourrait sembler pendant un bout de temps. Les personnages ne sont pas extrêmement bien campés, mais j’ai apprécié que l’auteur ne fasse pas d’Andersen, qui a créé un blog pour la sauvegarde et la protection des chauves-souris, un écologiste aveugle et acharné. Ses jugements sont bien plus nuancés, je trouve donc dommage qu’il soit si terne, qu’il n’ait pas plus de profondeur. Mais je sais gré  à l’auteur finalement, de ne pas nous réchauffer le sempiternel conflit entre le méchant groupe chimique pollueur et les gentils écologistes. L’auteur a aussi le bon goût de ne pas nous tartiner des pages encyclopédiques et ennuyeuses sur les chiroptères, un autre bon point. Car ces animaux peu appréciés sont aussi le point de départ d’une réflexion sur le Mal, dont ils semblent être les représentants (ne seraient-ils pas, à l’occasion, suceurs de sang ?) alors qu’ils sont naturellement bénéfiques.

Pour finir, j’ai apprécié l’atmosphère de Berlin Est et de la société sous surveillance constante de la Stasi. La précarité des gens, la présence constante de la police, les manipulations, les interrogatoires, tout ça est très crédible à mes yeux.

La colonie des ténèbres, Jérôme Bucy, Belfond, mai 2010, 337 pages, 20 €

A lire aussi :

Brainless – Jérôme Noirez Jason n'était déjà pas grand-chose avant de mourir alors maintenant qu'il est un zombie, ou un revivant ou comme il vous plaira de l'appeler, il est e...
Hélas – Bourhis & Spiessert Difficile de présenter cette BD sans dévoiler ce que le lecteur ne comprend qu’après six ou sept planches… Hervé Bourhis au dessin et Rudy Spiessert a...
Sorcier ! / 1 – Moka L'éducation d'un jeune sorcier, voilà un thème qui devrait faire fuir… mais bon, encore un peu curieuse, je me lance dans la lecture de cette nouvelle...
Scorpi tome 1 – Roxanne Dambre Encore le premier tome d’une trilogie young adults, Scorpi, le format est incontournable. Pour être addictive il faut une intrigue prenante et des per...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *