Jeunesse

La forêt des damnés – Carrie Ryan

RyanMary vit enfermée, comme tous ceux de son village, depuis toujours. De l’autre côté du grillage il y a les damnés, ceux qui sont morts et revenus les hanter, pour toujours. Affamés, avides de chair humaine, les zombies frappent jour et nuit contre la mince clôture qui sépare le monde des vivants de celui des non-morts. Jour et nuit, jour après jour. Au village, on sait qu’il n’y a rien d’autre ailleurs, puisque les Sœurs le disent et l’enseignent, même s’il circule des histoires d’océan auxquelles Mary est particulièrement sensible.

Alors que commence le livre Mary, est demandée en mariage par Harry. Si elle accepte, les fiançailles seront pour bientôt. Mais Mary est amoureuse de Travis, le frère de Harry qui est lui promis à Cass, sa meilleure amie. Quatuor amoureux qui pourrait occuper bien naturellement la jeune fille si sa mère ne s’était pas fait attaquer par un damné alors qu’elle était supposée se trouver à ses côtés (culpabilité !) et si son village n’était pas, tout à coup victime de ces abominables créatures. Avec ses amis, son frère et sa belle-sœur, Mary doit partir pour tenter de survivre. Elle suit un chemin bordé de grillage, peut-être en route vers l’océan, peut-être vers nulle part. L’espoir d’un ailleurs vivable est pourtant possible puisque juste avant l’attaque, Mary a vu une jeune fille vêtue de rouge, nouvelle venue chez les Sœurs : d’où venait-elle ?

C’est oppressant, glauque, lugubre, bref, ça me plaît bien. Il règne dans ce village une ambiance de secte tout à fait délétère avec bonnes sœurs pas nettes et ordre social des plus rigides. Les zombies sont absolument effrayants, puants et voraces, bref, pas originaux pour un rond mais efficaces. Gageons qu’ils plairont aux amateurs de séries B. Mais faudra qu’ils aient garder un coeur de midinette car l’intrigue sentimentale est omniprésente (Mary va-t-elle sauter le pas avec Travis ? Oui ? Non ? Ben non, pas encore cette fois !). Pas de doute, ce livre trouve l’équilibre entre l’histoire d’amour et les zombies (pas une histoire d’amour avec un zombie, non, ils ne sont pas encore aussi sexy que les vampires…) et pourra faire passer les lectrices par toutes sortes de sentiments, allant de l’angoisse à l’espoir.

La forêt des damnés (2009), Carrie Ryan traduite de l’anglais par Alice Marchand, Gallimard Jeunesse, février 2010, 376 pages, 15.50€

A lire aussi :

Grandclapier – Joann Sfar Après L’Eternel, roman pour adultes, Joann Sfar se lance dans la littérature jeunesse avec Grandclapier, premier tome d’une série de fantasy, nous ann...
La cité de l’ombre – Jeanne DuPrau Comme tous les habitants d'Ember, Doon et Lina reçoivent leur affectation professionnelle à l'âge de douze ans. Lina devra travailler dans les galerie...
Sac d’os – Stephen King Pourquoi vous conseiller du Stephen King alors qu'il encombre déjà vos étagères et que l'auteur n'a pas besoin d'une critique positive supplémentaire ...
Le cycle d’Ender / 1 : la stratégie Ender &#... Parce qu'il est le troisième enfant de ses parents, Ender est le vilain petit canard ; il est aussi un génie qui à six ans est définitivement recrut...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *