Adultes

La chambre des curiosités – Preston et Child

La chambre des curiositésUn inspecteur atypique nommé Aloysius Pendergast, un charnier datant de la fin du XIXe siècle découvert à l’occasion de travaux de terrassement dans Manhattan, des crimes en lien avec le Muséum d’histoire naturelle de New York : autant d’éléments qui suscitaient ma curiosité depuis longtemps. Et me voilà découvrant enfin ce Pendergast, agent du FBI, non pas par sa première enquête, mais peu importe, l’ambiance musée et cabinets de curiosités, c’est-à-dire vieille poussière, m’attirait. Et je n’ai pas été déçue du tout, au contraire, car si cet opus ne révolutionnera pas le genre du polar, il fait indéniablement passer un très bon moment, entre histoire et manipulation scientifique, entre le New York d’aujourd’hui et celui des années 1880.

De nos jours, de vieux ossements sont découverts grâce à des travaux préléminaires à la construction d’un immeuble sur Catherine Street. Curieusement, l’inspecteur Pendergast du FBI de La Nouvelle-Orléans est le premier sur les lieux de la macabre découverte. C’est à Nora Kelly, chercheuse au Muséum d’histoire naturelle que revient la tâche difficile d’observer les ossements sur site, dans la plus grande précipitation car l’entrepreneur influent n’entend pas ralentir ses travaux par une découverte archéologique de plus. Elle a le temps de constater que les victimes emmurées ont toutes subi une opération à la base de la colonne vertébrale.

Quelques jours plus tard, une femme est retrouvée morte : elle a été opérée exactement au même endroit. Un autre corps est découvert et bientôt le meurtrier en série, très probablement coiffé d’un chapeau melon, est surnommé le Chirurgien. A cause d’un article publié par William Smithback, le petit ami journaliste de Nora Kelly, un tueur moderne essaierait-il de reproduire les méthodes criminelles du tueur de Catherine Street ? Ou alors, comme semble le penser Pendergast, le tueur de jadis serait-il toujours vivant ? Le mystérieux Pendergast au teint livide (non, ce n’est pas un vampire !), aux galantes manières et à l’accent du Sud semble d’ailleurs en savoir beaucoup sur ce dossier, sans pour autant faire partager ses connaissances à ceux qu’il entraîne dans son enquête à savoir Nora Kelly, Smithback et le sergent O’Shaughnessy, en délicatesse avec sa hiérarchie.

D’un indice à l’autre, ils vont être amenés à enquêter sur un ancien cabinet de curiosités jadis sis à l’endroit du charnier, où un certain Enoch Leng semblait mener des recherches aussi secrètes que personnelles.

La curiosité du lecteur est sollicitée d’une part par l’enquête elle-même qui le pousse vers les suppositions les plus invraisemblables, autant dire, fantastiques : Enoch Leng est-il toujours vivant ? Procède-t-il encore à des expériences sur des êtres vivants ? A-t-il découvert le secret de la vie éternelle ? On se prend à croire tout et même plus tant tout cela est passionnant.

L’autre grand intérêt est la personnalité de Pendergast, très énigmatique et pourtant charismatique inspecteur du FBI qui roule en Rolls Royce et pratique l’humour à froid. Qui est-il ? Pourquoi semble-t-il aussi peu adapté au XXIe siècle, lui qui cultive les bonnes manières et la politesse ? Émanation bien peu moderne d’un Sherlock Holmes, c’est un fin limier qui n’a rien à envier à son ancêtre britannique en matière de déduction. Cet inspecteur extrêmement original est la grande réussite de ce roman (et donc de la série), auquel du coup on pardonne quelques grosses ficelles (comme le portrait du commissaire de police en incapable prétentieux qu’on a lu cent fois).

Une belle réussite aussi : la visite du Muséum d’histoire naturelle, de haut en bas et dans les moindres couloirs, et surtout aux archives. Les auteurs sont extrêmement bien documentés et plongent instantanément le lecteur dans la poussière et les réserves du musée.

Lire une enquête concoctée par Preston et Child, c’est un peu comme manger un bonbon Kréma : on sent l’industriel, le goût ne reste pas longtemps, mais qu’est-ce que c’est bon !

.

La chambre des curiosités (2002), Douglas Preston et Lincoln Child, J’ai Lu n°7819, juin 2009, 699 pages, 8.90€

A lire aussi :

Running man – Stephen King Quand il donne dans la science-fiction, Stephen King peut être aussi bon, voire meilleur que dans l'horreur et le fantastique. Il s'agit plutôt ici ...
L’assassin royal / 3 – Robin Hobb Ceux qui n'ont pas aimé le tome précédent des aventures de Fitz Chevalerie ne se réjouiront pas à la lecture de ce troisième tome. Les détracteurs de ...
Relic – Preston et Child Première enquête de l'inspecteur Pendergast, Aloysius de son prénom, agent spécial du FBI. En provenance directe de sa Louisiane, les new yorkais le r...
Inner City – Jean-Marc Ligny Imaginez une société où la réalité est découpée en strates. La Haute Réalité, celle des Parisiens intra muros, les inners, totalement virtuelle et f...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *