Jeunesse

La confrérie de l’horloge – Arthur Slade

slade

Voici un livre qui plonge son lecteur dès les premières pages dans une ambiance étrange. Dès le prologue, on a envie d’en savoir plus sur les activités du docteur Cornélius Hyde qui au fond de sa cave, en 1860, semble mener des expériences sur les animaux. « Pour la science ».  Exclu, de la Société des sciences de Londres parce que ses petites manipulations chimiques et anatomiques relèveraient plus de la sorcellerie que de la recherche… Il faut dire que Magnus, son chien doté de dents d’acier, est effectivement une insulte à la nature.
Mais Modo n’est-il pas lui aussi une aberration ? Recueilli par M. Socrate dans un cirque, élevé, éduqué et formé par cet homme qui semble diriger une société secrète au service de la Reine, le jeune Modo ne peut montrer son visage tant il est laid. Il a pourtant la capacité incroyable de changer d’apparence à volonté, transformant son corps à la demande et en particulier pour les missions dangereuses de son mentor.

Tout y est : l’ambiance british, Big Ben, les orphelins, mais aussi, le danger, les sociétés secrètes, les belles jeunes filles. C’est tout à fait plaisant à lire, très rythmé et inventif. Certes, on a déjà lu des histoires de savants fous et d’hommes modifiés, mais il n’est pas désagréable de s’y replonger avec cette histoire qui ne s’embarrasse pas de considérations existentielles et fait la part belle à l’action. Arthur Slade attache quand même beaucoup d’importance aux réflexions son héros si particulier, qui ne trouve pas sa place dans cette société d’apparence et de codes.

Profitant d’une époque où science et industrie s’emballent, Arthur Slade imagine un cauchemar de fer et de vapeur, mêlé d’une pointe de manipulation mentale, qui emporte l’adhésion. Pas de doute que les jeunes lecteurs suivront avec plaisir les premières aventures de ce jeune garçon différent, né sous le double signe de l’ignominie et de l’aventure. Belle potion.

Les Agents de M. Socrate / 1 : la confrérie de l’horloge (2009), Arthur Slade traduit de l’anglais (Canada) par Marie Cambolieu, Le Masque (MsK), février 2010, 302 pages, 10 €

A lire aussi :

La légende des Drakel / 1 – Yvan Lallemand Voici enfin un cycle de fantasy pour la jeunesse où les héros ne recherchent pas leurs parents, ni même un mystérieux objet magique. Cette fratrie d...
Eroticortex – Thierry Maugenest Un drôle de livre et un livre drôle, cet Eroticortex est surprenant, sérieux dans son contenu mais déconcertant par sa forme. Le lecteur se trouve ...
Treize jours avant minuit – Patrick Carman Jacob Fielding, héroe de Patrick Carman et lycéen de quinze ans, vient de perdre son père adoptif dans un accident de voiture dont lui est sorti indem...
Soul Breakers – Christophe Lambert 1936 : les Gentliz sont en route pour la Californie, car il paraît qu'il y a du travail là-bas. Après avoir perdu sa femme, sa maison et ses terres, J...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *