Chien du Heaume – Justine Niogret


Niogret.jpgAujourd’hui, il est question d’un premier roman français. Non ! Ne partez pas ! Il ne s’agit certes pas du roman du siècle, mais il vaut vraiment la peine qu’on l’évoque. Il s’agit d’une jeune femme, moche, rondouillarde et mercenaire. Elle s’appelle Chien du Heaume, c’est le nom qu’elle s’est donné, mais elle est sur les routes pour découvrir son vrai nom, celui de son père. Elle n’a que son épée pour la guider, celle qu’elle tient de son père et si semblable à celle du chevalier Sanglier. Elle part à sa recherche dans son château perdu. Mais le chevalier Sanglier ne sait rien, si ce n’est que c’est Orains qui la lui a donnée. La voilà donc partie à la recherche d’Orains, qui lui ne sait rien non plus de son père mais l’envoie vers le forgeron qui l’a forgée. Heureusement, elle ne passe pas deux cents pages à courir d’un informateur à l’autre, le procédé aurait été lassant.

Il n’y a pas vraiment d’intrigue dans cette histoire qui retient cependant l’attention grâce à ses personnages et à l’ambiance que l’auteur a su créer. On ne peut d’ailleurs pas dire que ce roman relève des genres de l’Imaginaire puisqu’il n’y a rien dedans qui ne soit susceptible d’arriver, ou plus exactement d’être arrivé car  nous sommes plongés dans un Moyen Age de sang et de froid, d’un réalisme tout à fait saisissant. Pas de magie, de sorcières, de duchés, de haine familiale et de pouvoir despotique  (vous aurez certainement reconnu les grosses ficelles de la fantasy en général et de la big comercial fantasy en particulier). Juste quelques âmes qui se croisent et se cherchent. Et surtout une héroïne originale, une mercenaire qui sait ce qu’elle veut quand bien même elle ne sait pas qui elle est. Une sorte d’héroïne à la  David Gemmell (ah là, oui, ce n’est pas forcément un compliment, mais ça peut…), qui pourrait se hisser à la hauteur de Cendres, c’est dire… Elle tranche, troue et éventre avec conviction, mais ne couche pas (ce qui ne laisse pas de m’étonner d’ailleurs dans un monde quand même aussi masculin…). Les autres personnages (Sanglier, Regehir, Noalle…) sont à la hauteur, assez complexes pour retenir l’attention. Et tous de s’exprimer dans une langue fleurie, archaïque juste ce qu’il faut.

Il manque peut-être une intrigue un peu plus serrée et des relations entre les personnages mieux exploitées. Il y aurait eu de quoi faire cent pages de plus sans lasser le lecteur, au contraire car on a envie d’en savoir plus sur tout ce monde-là, sans les laisser partir juste après avoir fait connaissance. La fin en queue de poisson est assez décevante (en gros « tu es ce que tu es, arrête de chercher ») me laisse penser que l’auteur a finalement tout misé sur une ambiance effectivement bien rendue mais qui n’aurait pas tenu au-delà de deux cents pages parce qu’il n’y a pas vraiment d’enjeux. C’est là la faiblesse du roman qui après quelques combats et de belles scènes de confrontation entre les personnages (mais pas de scène de sexe, tant pis…), tourne à vide.

Je suis au final étonnée par cette lecture car je ne m’attendais pas à y trouver de si bons éléments. On attend donc la suite, dans cette veine ou une autre…

Justine Niogret sur Mes Imaginaires

Chien du heaume, Justine Niogret, Mnémos (Icares), novembre 2009, 228 pages, 18€

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

Osamu Tesuka fut un mangaka très prolifique. On lui doit la série Astro Boy, dont les premiers épisodes datent des années 50. Naoki Urasawa (auteur mondialement reconnu grâce à ses deux séries Monster et 20th Century Boys) reprend ici un épisode de la série, "Le robot le plus fort du…
J'aurais dû écrire mon billet dès lecture... J'ai laissé passer quelques jours et déjà l'histoire m'échappe, non pas qu'elle ne soit pas globalement agréable, mais légère, si légère que déjà, elle s'oublie... Paris au début du siècle dernier. Le Grand Khan a quitté le Tartare (entendez le Diable a quitté…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *