Adultes

Le successeur de pierre – Jean-Michel Truong

Roman touffu, roman parfois ardu, mais roman stimulant, aux multiples pistes de réflexion. L’intrigue est assez complexe, mais je vais tenter d’en exposer les fils le plus clairement possible.

Le point de départ se situe il y a près de deux millénaires quand Jésus dit à Simon-Pierre : « Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Église« . Matthieu est le seul à rapporter cette phrase de même qu’il est le seul à exprimer la filiation divine du Christ : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant« . D’autres propos furent alors échangés mais Jésus demanda à ses disciples de les garder secrets. Pourtant, l’un d’eux écrivit ce qui ne pouvait être révélé sur un rouleau de papyrus, la Bulle de Pierre. Cette Bulle fut transmise de pape en pape, jusqu’au VIIe siècle, au moment même où le nestorianisme menaçait l’intégrité de l’Église. Quelque part en Chine, un moine emporta le précieux papyrus pour le cacher et depuis, des générations de papes et de moines le cherchent, de part le monde.
2032.  Suite à la Grande Peste, la majorité des humains a été enfermée dans des cocons individuels regroupés dans d’immenses pyramides qui peuvent compter jusqu’à quarante-cinq millions d’habitants, les Larves. Chacun désormais y passe sa vie entière, totalement seul, relié au monde par ordinateurs et avatars interposés. Tout le monde sauf les NoPlugs, qui vivent en minuscules sociétés nomades cachées dans les forêts et les montagnes, et les Imbus, dirigeants du monde, une poignée d’hommes et de femmes.
Calvin est une de ces Larves, né après le Grand Enfermement. Il ne connaît rien de la vie à l’extérieur et ne connaît les autres que grâce aux avatars de ses amis avec lesquels il se réunit chaque jour, Chen, Nitchy, Ada, Thomas et Rembrandt.  Le monde de Calvin va être bouleversé par le vol du WonderWorld, une production de réalité virtuelle, « la plus ambitieuse jamais entreprise dans l’histoire de l’audiovisuel« . L’événement va faire vaciller sur ses bases l’organisation des pyramides. Il faut découvrir qui a pu pénétrer les données hyper sécurisées du WonderWorld et pourquoi. Calvin, petit génie de l’informatique, va mener sa propre enquête. Et ainsi découvrir la véritable identité de ses amis. Loin d’être des gens ordinaires comme le jeune homme le pensait, ses interlocuteurs sont tous acteurs d’un très vaste projet qui met en cause l’avenir de l’humanité.

Je ne vous révélerai pas l’étendue du projet en question, rien moins que cosmogonique et fondateur, ou refondateur. Je ne vous dirai pas non plus quel sont les liens qui unissent Calvin à la Bulle de Pierre car ce serait tuer l’intrigue. Mais je peux affirmer que ce roman, bien antérieur au Da Vinci Code, et très finement construit porte une trame ambitieuse et complexe sur fond d’histoire humaine, passée et future. Rien moins que le devenir de l’humanité est en jeu dans ce texte érudit qui nous emporte sur les traces de moines dominicains, de jésuites, de Frederic II Hohenstaufen et du grand khan Ogödaï, fils de Gengis Khan. Au coeur aussi de programmes informatiques monstrueusement puissants et de machines qui ont remplacé l’homme. Car « d’ores et déjà, l’homme a disparu des bureaux d’études où elles SE conçoivent et des usines où elles SE fabriquent. D’ores et déjà, à chaque instant, des décisions vitales SE prennent hors de tout contrôle humain. D’ores et déjà, dans le huis clos de réseaux de transfert de données, SE trament, à la vitesse de la lumière, des complots planétaires dont nul ne sait rien« . Mais ce roman va bien plus loin qu’un traditionnel affrontement entre l’Homme et la Machine. Il dessine un vaste plan divin dans lequel l’homme n’est qu’une étape, un vecteur éphémère.

Le successeur de pierre n’est certainement pas un livre facile à lire tant il fait appel à des notions ardues autant scientifiques que théologiques. De longues descriptions historiques pourront elles aussi sembler difficiles et pourtant, c’est un roman intellectuellement stimulant en plus d’être très habillement construit sur le modèle d’un thriller. Car on ne peut tout simplement pas s’empêcher de s’interroger sur les véritables identités des protagonistes, sur les raisons de leur présence dans la vie de Calvin et bien sûr, sur le contenu de la fameuse Bulle de Pierre.
Beaucoup de plaisir de lecture donc pour quelques pages difficiles, mais le livre en vaut la peine.

Ce roman a obtenu le Grand Prix de l’Imaginaire 2000, catégorie roman francophone

Jean-Michel Truong sur Mes Imaginaires

Le successeur de pierre (1999), Jean-Michel Truong, Pocket, 2004, 598 pages, édition actuellement épuisée

A lire aussi :

Où s’imposent les silences – Emmanuel ... Voyez ce qui risque de vous arriver : vous découvrez Emmanuel Quentin en janvier avec son premier roman, et six mois plus tard, vous lisez le second. ...
Fissions – Romain Verger Peut-on croire le narrateur de Fissions, court roman de Romain Verger ? Cet être partagé qui s’est arraché les yeux pour échapper à l’asile psychiatri...
Compte à rebours – Raoul de Warren Avec Compte à rebours, je découvre Raoul de Warren (1905-1992) que L’Herne publie pourtant depuis les années 80. Après lecture de cet opus quelque p...
Razzia – Jean-Marc Ligny Ce livre est le fruit d'une expérience aboutie en bibliothèque. En 2003, la bibliothèque de Houilles (Yvelines) demande à Jean-Marc Ligny d'animer un ...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *