Jeunesse

Fleurs de dragon – Jérôme Noirez

Le Japon à la fin du XVe siècle. Des samouraïs sont retrouvés assassinés. A Kyôto la capitale, le shogun Yoshimasa charge Kawabe Ryôsaku, « le plus valeureux de tous les officiers de police du shogunat »  dont le seul nom « suffit à faire trembler les pires crapules de Kyôto » de mener l’enquête. Il lui adjoint trois jeunes samouraïs, trois adolescents qui ne se sont pas conduit de façon glorieuse et font honte à leur famille. Pour se rattraper, ces trois débauchés prêtent serment de servir Ryôsaku pendant un an. Et les voilà tous trois partis vers le nord sur les bien maigres traces d’une bande d’assassins assez forts et astucieux pour assassiner sans se faire prendre de valeureux samouraïs.

Ce roman n’appartient pas aux genres de l’Imaginaire : pas de magie, pas de pouvoirs ou de créatures de la nuit. Juste le Japon médiéval et ses croyances ancestrales qui plongent le lecteur dans un ailleurs dépaysant et pourtant tout à fait compréhensible. Il s’agit là d’une enquête policière, menée par un enquêteur tout à fait original qui passe son temps à frapper les cranes, le sien compris, d’un marteau de sagesse censé aider la réflexion mais n’épargnant pas les bosses pour autant.
Ce Ryôsaku se serait bien sûr bien passé de ces trois jeunes gens indisciplinés, tout comme eux-mêmes auraient bien mieux à faire que de suivre cet homme taciturne par monts et par vaux. Mais il n’ont pas le choix et vont devoir se supporter, et même s’unir pour venir à bout de ce mystère. Alors que Ryôsaku a renoncé à la violence, les trois jeunes samouraïs sont prompts à se jeter sur leurs armes, avant même de réfléchir. A coups de marteau, ils vont pourtant apprendre à faire travailler avant tout leur cerveau acquérant ainsi un peu plus d’humanité à l’écoute des autres.

Une époque inusitée et des personnages aux caractères forts sont les deux grands atouts de ce roman qui se lit avec plaisir et intérêt. L’éditeur a pris soin de faire figurer à la fin quelques notes historiques qui ont la capacité de vous rendre plus intelligent en quelques mots, c’est formidable. Contexte historique, vocabulaire, résumés certes rapidement mais avec clarté et simplicité.

Ce premier roman jeunesse de Jérôme Noirez a tout pour séduire un public adolescent, voire plus. D’ailleurs il est réédité en format poche chez J’ai Lu sans catégorie d’âges.

Jérôme Noirez sur Mes Imaginaires et sur Tête de lecture

.

Fleurs de dragon, Jérôme Noirez, Gulf Stream (Courants noirs), mars 2008, 285 pages, 13,50€

A lire aussi :

L’instinct de l’équarrisseur – T... Le monde a deux facettes : celle de la réalité, où sir Arthur Conan Doyle est un écrivain reconnu ; celle de la fiction où Sherlock Holmes est l'assas...
Je suis ton ombre – Morgane Caussarieu Choisir d’écrire sur les vampires aujourd’hui relève du défi. Qu’on les choisisse glamours ou horrifiques, ils seront comparés, mesurés, analysés. Je ...
Terrienne – Jean-Claude Mourlevat Anne, dix-sept ans, fait du stop au bord de la route, non loin de Saint-Etienne. Etienne, un peu plus de soixante-dix printemps, la fait monter. La co...
Cœur de pierre – Gauthier & Almanza Tourner les pages de Cœur de pierre est déjà un enchantement. Jérémie Almanza mêle noirceur et lumière dans des contours flous pour des personnages ...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *