Livres illustrés

Le lac aux vélies – Nosfell & Debeurme

Voici un livre totalement original que j’ai grand plaisir à vous présenter car il m’a immédiatement séduite. Edité par les éditions Futuropolis, il n’a rien à voir avec une bande dessinée puisque que sur chaque double page ne figurent qu’un dessin sur l’une et le texte sur l’autre. Mais quels dessins ! Dus à Ludovic Debeurme, ces crayonnés mettent en images un monde vraiment extraordinaire où la violence et l’étrangeté côtoient le rêve sous la forme d’un conte très tourmenté qui parle immédiatement à l’imagination.

Le lac aux vélie est une fable onirique qui raconte l’histoire de Günel , « né du croisement des souffles d’un dieu fou et d’un mourant venu pleurer au pied du grand arbre Sladinji. » Ebloui par la triste beauté de Milenaz, jeune femme errante accusée d’avoir tué ses enfants, le malheureux blesse sa belle dans un moment d’amour maladroit. Elle s’enfuit dans la forêt de Turgowjiwl et commence pour lui l’étrange quête.


Ce livre est bien plus qu’un conte. Imaginé par le chanteur Nosfell, il met en oeuvre une véritable cosmogonie basée sur de vieilles mythologies scandinaves ou japonaises avec une langue inventée, le klokobetz,  d’une riche incroyable : mots, grammaire, syntaque, calligraphie, tous ces éléments sortent tout droit de  l’imagination de Nosfell qui a bâti sa propore mythologie dans ses moindres détails. Ils n’ont d’ailleurs pas été créés pour ce livre car Nosfell chante depuis longtemps ce monde tourmenté. Il a fait l’objet d’un spectacle pour la Cité de la Musique et salle Pleyel, accompagné sous forme orchestrale. Un CD accompagne d’ailleurs le livre, qui permet d’entendre cette langue surprenante et la musique de ce chanteur à la voix si surprenante qu’on dirait parfois que plusieurs personnes chantent alors qu’il est seul.

Une vidéo pour vous faire une idée de la langue et de la voix, mais qui ne rend pas hommage à la beauté de l’orchestration symphonique, bien entendu…

J’ai été vraiment charmée par les dessins de Debeurme et ceux des graphèmes de Nosfell (qui ressemblent à du japonais s’il faut les rapprocher de quelque chose de connu). Tout à fait le genre de dessins qui mettent mal à l’aise mais qui laissent aussi s’envoler l’imagination vers des contrées enfouies de notre inconscient tant personnel qu’universel.

Un conte tourmenté et cruel à la manière des Grimm, un monde obsédant d’une richesse rare.

Pour partir à la découverte de l’illustrateur : le site de Ludovic Debeurme et beaucoup de ses magnifiques et étranges illustrations sur son MySpace.

 

Le lac aux vélies : un conte musical mis en images, Nosfell et Ludovic Debeurme, Futuropolis, 2009, 29,50€

A lire aussi :

Urban 1 : les règles du jeu – Brunschwig �... Grâce à un graphisme fourmillant de détails, Roberto Ricci plonge immédiatement le lecteur du premier tome de la série Urban Les règles du jeu dans l’...
The Graveyard Book – Neil Gaiman "There would be a child born who would walk the borderland between the living and the dead." Ce garçon s'appelle Nobody Owens. Owens du nom de ses ...
Princess Bride – William Goldman Il était une fois une princesse capricieuse et égoïste qui tomba amoureuse de son garçon de ferme par jalousie envers une trop belle comtesse. Pour ...
Ours – Diego Vecchio Il nous a tenu compagnie, il nous a aidés à affronter le dur passage entre la réalité et l'inconnu de la nuit dans ce lit, qui n'est "pas seulement un...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *