Adultes

Le petit cabaret des morts – Francis Berthelot

Yorenn et son frère Romain se sont retirés à Viévy, petit village des Alpes. Lié à sa soeur par une passion plus que fraternelle, Romain ne supporte pas l’intérêt que lui porte Alvar Cuervos. Il se suicide et elle reste seule, avec Alvar, de plus en plus pressant. Elle rencontre Sendra au cimetière, Sendra, l’âme d’une jeune fille qui lui apprend que le docteur Malejour, qui a soigné son frère, détient des âmes prisonnières pour son propre plaisir, avec l’aide de son assistant Alvar Cuervos.
L’ambition de celui-ci le mène à tuer le docteur et à diriger ces âmes jusqu’à monter avec elles un spectacle de cabaret totalement hallucinant. Car ces âmes ont appartenu à des hommes et des femmes qui ont jadis travaillé à l’Hadès Palace, salle de spectacle disparue huit ans auparavant, dirigée par Bran Hadès, « non pas un être humain mais un sorcier, venu par sacrilège du fond des âges ; un esthète momifié qui, pendant des siècles, a martyrisé les artistes. » Triste personnage dont Alvar se révèle être le fils… Malgré son amour pour Alvar, Yorenn veut libérer l’âme de son frère qu’il retient prisonnier.Ce roman s’inscrit « dans l’immense fresque littéraire du Rêve du démiurge » dont il est le septième opus. Bien que l’auteur lui-même déclare dans une note finale qu’il peut se lire de façon autonome, j’ai tout de même été gênée par de multiples allusions à Hadès Palace, le volume précédent que je n’ai pas lu. Francis Berthelot prend cependant la peine d’expliquer les événements passés pour que le lecteur ne soit pas totalement perdu. N’empêche, il est clair que ce livre appartient à un cycle.
D’autre part, je m’attendais à un style beaucoup plus impressionnant, après ce que j’avais glané comme avis un peu partout. J’ai été déçue, non que Berthelot écrive mal, mais rien ne retient l’attention, au contraire. L’accumulation de phrases courtes me lasse et les dialogues ne sonnent pas juste. Les interventions du choeur des âmes prisonnières devrait accentuer le tragique de leur situation, alors que je ne les ai trouvées qu’anachroniques.
L’histoire elle-même ne m’a pas séduite non plus, certainement parce qu’elle est la suite d’événements que je ne connaissais pas, mais aussi parce que les dialogues et les situations incroyables rendent superficielles les relations des personnages (le changement d’attitude d’Alvar à la fin lors du face à face avec Rhad me semble tout à fait incohérent). Je n’ai pas cru à cette histoire, et j’en suis la première déçue car pour avoir entendu à maintes reprises Francis Berthelot parler science-fiction, j’étais tout à fait convaincue que ce livre allait me plaire. Un autre titre, peut-être…
Mais à vous de voir, car pour Jean-Claude Vantroyen, « Francis Berthelot cisèle son sujet avec une maîtrise de la langue diabolique. Il nous emmène dans un carrousel maléfique qui, à la fois, distille un malaise insidieux et déverse des images d’un romantisme exacerbé. Une réussite. » Et pour Pascal Patoz, « Assurément, ce nouvel opus mérite encore maints louanges. Fondamentalement original, psychologiquement puissant, effroyablement tendu, mais souvent malicieusement ludique, un Berthelot n’est pas un roman comme les autres. »

 

Francis Berthelot sur Mes Imaginaires
Le petit cabaret des morts, Francis Berthelot, Le Bélial, décembre 2008, 260 pages, 15€

A lire aussi :

Nous sommes tous morts – Salomon de Izarra Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir un professeur de français nommé Romero. C’est ce qui est arrivé à Salomon de Izarra : il n’y a pas que des ...
La mère des eaux – Rod Marty Après un premier roman au suspens réussi, Les Enfants de Peakwood, Rod Marty nous revient toujours chez Scrinéo. La mère des eaux nous plonge à nouvea...
L’Education de Stony Mayhall – Daryl Gregory... Quoi de plus naturel pour un zombie que de se décomposer, de pourrir sur place, mais de durer malgré l’écoeurement qu’il provoque. C’est ce qui arrive...
La trilogie Atlante / 1 – Corinne Guitteaud Aquatica est une planète appartenant à la fédération des mondes terriens, composée à 98% d'eau. Quand Tamara Whalings débarque sur la colonie de Tét...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *