Les Chroniques de Khëradön / 1 – Chris Debien


Les chroniques de KhëradönJ’ai tendance à me méfier de la fantasy en général, et de la fantasy jeunesse en particulier. Alors quand je vois arriver ce livre avec cette couverture vraiment pas belle et beaucoup de matériel publicitaire (dont une couverture poster) je me dis halte là (et aussi, j’ai passé l’âge…) ! Et le temps passe, j’essaie quand même et je suis beaucoup moins déçue que je m’y attendais.
Tout va bien au royaume des Terres tranquilles. Sauf que l’héritier tant attendu tue la reine en naissant et que dans sa douleur, le roi Adön invoque la magie noire pour la ramener d’entre les morts. Vingt-trois ans plus tard, alors que son fils Luther règne seul, c’est lui qui va devoir supporter les conséquences de cette terrible invocation. Mystérieusement blessé au coeur même de son château par un sort sanguelem, il se relève défiguré pour faire face à une invasion. Son royaume est menacé, il doit partir en guerre alors que ceux qu’il croyait fidèles s’avèrent être des traîtres. Tiraillé par sa blessure, il court sus à l’ennemi mais dans un instant de folie, commet l’irréparable. Il fuit, recueilli par Yana la guerrière et Yarël, jeune officier magicien.

Tout est là : l’action, qui ne marque aucun temps mort ; les créatures bizarres et redoutables (scorpioms, daëlons, kräans…) ; les magiciens (blancs ou noirs, fidèles ou félons) ; les batailles (ça trucide, ça gicle et ça démembre !) et l’amour, parce que bon, notre héros n’a pas douze ans et il aime ça !
Rien de neuf, et je crois que ce n’était pas le but de l’auteur qui cherche plus modestement à s’inscrire dans les traces de ses grands prédécesseurs. Ce qui différencie ces Chroniques d’autres interminables séries de fantasy pour la jeunesse, c’est que justement, l’auteur ne nous traîne pas des centaines de kilomètres durant dans des marches interminables (cf. Eragon qui a eu raison de ma patience au bout de trois cent cinquante pages) et ne fait pas dans le nunuche. Bien sûr, les personnages ne sont pas d’une complexité abyssale mais ils sont suffisamment bien campés et ambivalents pour qu’on ait envie de poursuivre sa lecture.

Une bonne surprise donc pour les jeunes (mais pas trop !) amateurs de fantasy qui privilégient l’action et les combats. Chris Debien sur Mes Imaginaires.

 

Les Chroniques de Khëradön / 1 : l’éveil du roi de Chris Debien, Hachette Jeunesse, novembre 2008, 377 pages, 18€

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

XXIIe siècle. La face du monde a changé : l’Europe est en ruine et l’Afrique domine le monde économique et politique. « Depuis plus d’un demi-siècle, l’Afrikwana profite des richesses accumulées grâce à la maîtrise de l’énergie solaire, quand d’autres subissent de plein fouet les aléas climatiques. Lorsque les ingénieurs sud-africains ont…
"There would be a child born who would walk the borderland between the living and the dead." Ce garçon s'appelle Nobody Owens. Owens du nom de ses parents adoptifs, et Nobody parce qu'il n'est plus personne depuis cette sombre nuit où toute sa famille a été assassinée par the man Jack.…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *