Jeunesse

Le sang des lions – Loïc Le Borgne

Le Borgne 3XXIIe siècle. La face du monde a changé : l’Europe est en ruine et l’Afrique domine le monde économique et politique. « Depuis plus d’un demi-siècle, l’Afrikwana profite des richesses accumulées grâce à la maîtrise de l’énergie solaire, quand d’autres subissent de plein fouet les aléas climatiques. Lorsque les ingénieurs sud-africains ont mis au point les centrales solaires sans déperdition, ils ont fait de leur pays une puissance mondiale. Riche, l’Afrique du Sud a étendu son influence en absorbant ses voisins, pour créer la Fédération de l’Afrikwana. L’énergie solaire et les technologies hélio, revendues à prix d’or à des puissances triées sur le volet, ont permis à l’Afrikwana de créer les fameux parcs, les Magic Eden, mais aussi de s’offrir des miroirs spatiaux, les fameux prismes, afin de mieux contrôler le climat du continent africain. »

Le jeune Jef a fui l’Europe pour tenter le rêve africain. Mais, intercepté à la frontière, il est arrêté comme clandestin et envoyé dans un Magic Eden où il devient OD, ouvrier disciplinaire. Le sale boulot, c’est pour lui, de même que les coups et les brimades des petits chefs. Il se lie d’amitié avec d’autres OD et comprend bientôt qu’un problème a récemment vu le jour dans les parcs : les animaux qui les peuplent, appelés anitrans car ils ont été génétiquement modifiés pour être doux comme des agneaux, ces animaux semblent retourner à l’état sauvage. Des attaques et comportements dangereux ont déjà été signalés.

Jef va être pris entre deux aspirations : réaliser son rêve en grimpant les échelons grâce à la trop belle Astrid, fille du big boss à laquelle il plaît beaucoup, ou retrouver la voie de l’Afrique véritable, celle du monde sauvage aux côtés de Soïla, la fille du vieux sorcier.

Autant dire que je l’attendais ce nouveau roman de Loïc Le Borgne après l’excellentissime Je suis ta nuit. Je me doutais bien aussi que ça ne pouvait pas être aussi bien, et j’avoue que la thématique africaine ne me tentait pas plus que ça. Mais l’auteur parvient à mêler action et réflexion sur le thème de la nature en révolte contre les abus humains. Intéressant également, le renversement des forces en présence avec une Afrique devenue le nouvel Eldorado mondial, belle revanche après le mépris séculaire des grandes civilisations.

Alors si le roman lui-même manque un peu de dynamisme, il ne pourra qu’engendrer une réflexion sur des thèmes dérives technologiques et scientifiques

 

Loïc Le Borgne sur Mes Imaginaires

Le sang des lions, Loïc Le Borgne, Intervista (15/20), novembre 2008, 334 pages, 14.90€

A lire aussi :

Nobody mange la nuit – Michel Honaker Bryan Lymore est un auteur de polars en manque d'inspiration. Il n'a jamais connu la gloire et son éditeur lui refuse son dernier manuscrit. Sa femm...
Le shôgun de l’ombre – Jérôme Noirez... Où l'on retrouve l'enquêteur shogunal Ryôsaku, vous savez bien, celui qui se donne des coups de marteau sur la tête pour mieux réfléchir. Et à qui on ...
Les messagères des abysses – Arthur Ténor Un bandeau publicitaire entoure ce livre : "Préface de Nicolas Hulot". Avec une belle couverture représentant des plongeurs nageant au milieu des bale...
L’Attrape-Mondes – Jean Molla Nina, 14 ans vient passer les vacances d'été en Provence avec ses parents. Accablés par la chaleur, ils font la sieste pendant que l'adolescente par...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *