Adultes

Résistance – Owen Sheers

SheersNon, malgré ce que cette bucolique couverture pourrait laisser penser, Mes Imaginaires ne s’ouvrent pas au roman du terroir… : il s’agit bien là d’une uchronie. Le Débarquement ayant tourné à la catastrophe, les Alliés affluent outre-Manche, bientôt suivis par les troupes allemandes. L’Angleterre est donc envahie et si Londres tient encore bon, le Pays de Galles est rapidement occupé.

Un matin de 1944, les femmes se réveillent et tous les hommes sont partis. Aucun n’a laissé d’explication, aucun n’a prévenu, ils sont juste partis, tous, les jeunes, les vieux, les maris, les fils, les frères, dont certains n’avaient jamais quitté la vallée d’Olchon. Partis, laissant aux femmes le travail, les bêtes, la solitude. Bientôt arrive une patrouille de cinq soldats allemands en mission spéciale. Ils s’installent dans la vallée, cherchant quelque chose. L’officier, Albrecht Wolfram, ancien étudiant d’Oxford parle anglais, ce qui va simplifier les contacts, pourtant distants et froids comme on se l’imagine.

Le temps passe, les hommes ne reviennent pas, l’hiver s’installe. Peu à peu les soldats abandonnent l’habit militaire et aident les femmes accablées de travail et de neige. Ils retrouvent les gestes familiers du travail manuel et agricole, tout en appréciant de ne pas être en train de se battre sur l’un des fronts. Albrecht décide qu’ils ont tout à gagner à se faire oublier des troupes d’occupation et du commandement, de faire comme si tout le monde était mort dans la vallée.

Un livre au rythme très lent où il est beaucoup plus question de l’évolution des personnages que de la situation dans le pays. Où commence la collaboration ? Quand ces soldats redeviennent des hommes, sont-ils encore des ennemis ? Quand un homme porte l’uniforme allemand contre son gré, est-il mauvais ? Comme souvent en uchronie, ce roman permet de réfléchir sur le sens de l’Histoire, de s’interroger sur l’ineluctabilité du destin et sur l’importance d’une cause quand elle ne tient qu’à quelques balbutiements des événements.

Certains aspects du roman sont assez prévisibles : Albrecht est rapidement très sympathique, lui qui renie l’idéologie nazie. Le rapprochement entre les soldats et les femmes est également évident. L’intérêt du roman se situe plus dans le cheminement psychologique de chacun, en particulier de Sarah Jones qui attend son mari, lui écrivant des lettres imaginaires qui racontent son quotidien, puis se rapprochant de plus en plus de l’officier allemand. Très belle description également de la vie rurale galloise, de ses gestes répétitifs, de sa vie austère et exténuante (magnifique scène de sauvetage de brebis enneigées).

En lisant ce roman, on ne peut que penser au livre de Philip Roth, Le complot contre l’Amériquequi décrivait la vie d’une famille juive new yorkaise après l’instauration d’un régime pro nazi aux États Unis. La vie bouillonnante de New York n’a rien à voir avec la quiétude du Pays de Galles et Sheers n’est pas Roth, mais je trouve que ce dernier a su rendre l’atmosphère de la vallée, la rudesse des gens, la lenteur du temps et de l’attente (je ne vous cacherai pas d’ailleurs que j’ai trouvé certains passages un peu longuets…).

A retenir si vous aimez les conflits et destins individuels pris dans la trame de l’Histoire (alternative).

 
Résistance (2007), Owen Sheers traduit de l’anglais par Bernard Hoepffner, Rivages, janvier 2009, 411 pages, 23€

A lire aussi :

Au nord du monde – Marcel Theroux Voici encore un roman publié hors collections spécialisées et qui devrait intéresser bien des lecteurs de SF, en particulier ceux qui ont une fibre ...
Le marteau de Thor – Stéphane Przybylski A l'issue du Château des millions d'années, nous avions laissé Saxhäuser en train de couler au large de Madère. Souvenez-vous, cet agent du SD (servic...
Mécaniques fatales / Philip Reeve Dans un futur très très lointain, les villes qui n'ont pas succombé sous les bombes atomiques et chimiques se sont dotées de roues : c'est l'Ère du Mo...
Les Chroniques des Ravens / 3 – James Barcla... Voici enfin le troisième épisode des Chroniques des Ravens. Six années se sont écoulées depuis la fin du second épisode et l'enfant d'Erienne et Den...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *