Adultes

Légendes du Pays / 1 – Steve Cockayne

Cockayne.jpg

Après, entre autres, Robin Hobb, George Martin et David B. Coe, une nouvelle série de fantasy commence chez Pygmalion. Dûe à un Britannique cette fois, qui n’a pas choisi la simplicité narrative.

Quatre personnages principaux se partagent en effet le récit de cette histoire : un jeune garçon, Michael Brown dit Rusty ; Victor Lazare, sous la forme de son journal intime ; Leonardo Pegasus, premier magicien du roi ; et une voix dont les propos sont rapportés en italique et dont le lecteur ignore tout.

Rusty est un jeune garçon sympathique qui se prend d’amitié pour une nouvelle élève, Lauren, fille de gens du voyage. Ils s’entendent très bien mais du jour au lendemain, la fillette disparaît, laissant son ami dans un grand désarroi. Le temps passe et Rusty se montrant très brillant élève intègre l’université. Malgré son flirt avec Eileen, il n’oublie pas Lauren. Pourtant, je ne sais trop pourquoi, il échoue dans une bande de mauvais garçons de la capitale, les Jeunes Loups, qui pillent, volent et assassinent dans les quartiers les plus pauvres. C’est là qu’il croise le chemin de Leonardo Pegasus, jadis magicien influent, inventeur de la machine à empathie susceptible de prédire les avenirs possibles pour le roi. Mais le roi est mort et son héritier se soucie peu de ces vieilles machines : Pegasus perd son emploi et son assistante, la mystérieuse Alice dont il ne sait rien mais dont il rêve jour et nuit.
Les récits de ces deux destins sont entrecoupés d’extraits du journal de Victor Lazare qui avec deux acolytes a entrepris de retaper une maison dont le propriétaire inconnu doit revenir dans un an. Mais rien n’est simple car des manifestations étranges s’enchaînent, cherchant semble-t-il à mettre des bâtons dans les roues des travailleurs. Et il s’avère bientôt que le personnage dont les propos nous sont rapportés en italique est l’ordonnateur des exactions dont Lazare et ses collègues sont victimes. Pourquoi ? Mystère.

En vérité, bien des choses restent obscures à la fin de ce premier tome qui n’est pas complètement passionnant mais fait évidement figure d’exposition. Les fameuses Légendes du Pays qui sont le terreau historique et fabuleux de ce monde ne sont pas d’une très grande originalité mais sont potentiellement riches de rebondissements et révélations. Le monde lui-même est à mi-chemin entre Moyen-Age (vêtements, manuscrits, organisation villageoise…) et un début de XXe siècle (électricité, bande dessinées…). De même, les personnages que l’on croyait donnés d’avance, évoluent de façon assez étrange et inattendue pour soutenir l’intérêt.

Difficile donc de donner un avis vraiment tranché (ça me changera…) à l’issue de ce premier volume qui couvre pourtant une longue période de temps sans que les repères chronologiques soient clairement énoncés. On espère cependant que le rythme s’accélérera au second.

Un peu de maths, une fois n’est pas coutume…
Ce livre, premier tome d’une trilogie, traduit de l’anglais compte 283 pages et coûte 21,50€.
J’ai lu il y a peu le premier tome d’Acacia, traduit de l’américain, qui compte 679 pages et coûte 21€.
Je n’ai jamais été bonne en maths, les équations, c’est pas mon truc, mais si on rajoute aux données le terme « marchand de papier », le problème se solutionne, non ?

Légendes du Pays / 1 : vagabonds et insulaires (2002), Steve Cockayne traduit de l’anglais par Michelle Charrier, Pygmalion, octobre 2008, 283 pages, 21,50 €

A lire aussi :

Anti-glace – Stephen Baxter Traveller, un scientifique génial ou peut-être fou, quoi qu’il en soit britannique, a découvert une nouvelle source d’énergie : l’anti-glace. En 1870,...
Apparition – Graham Masterton Ile de Wight, 1992. C'est sympa d'habitude l'île de Wight, surtout en été, quand on est bien payé pour retaper une maison de style et qu'on doit oubli...
A la croisée des mondes / 1 – Philip Pullman... Lyra est une jeune fille de douze ans, intrépide sauvageonne citadine, entourée de vieux croûtons, aussi chenus et érudits qu'éloignés de ses préoccup...
Déracinée – Naomi Novik Ma première rencontre avec Naomi Novik il y a une dizaine d’années s’était plutôt mal passée. Le premier tome (et son premier roman) de sa série à suc...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *