Adultes

Les âmes vagabondes – Stephenie Meyer

Les âmes vagabondesAprès l’immense succès de sa vampirique série pour adolescent(e)s, Stephenie Meyer était attendue au tournant. Je peux bien le redire ici, j’ai craqué pour Fascination et retrouvé mes quinze ans le temps de quelques pages. Pas au point cependant de me jeter sur les tomes suivants que je n’ai pas encore lus… J’avais tout de même hâte de découvrir Les âmes vagabondes, annoncé comme un roman de science-fiction pour adultes. Et que lis-je sur le luxueux prière d’insérer, en gras et en chapeau au dessus du titre . « Vous avez aimé Marc Lévy et Guillaume Musso, vous allez adorer Stephenie Meyer » ! Aïe, que ça commence mal ! Alors concentrons-nous sur le livre, ça vaut certainement mieux.

Melanie est une jeune fille de vingt ans qui fait partie des derniers humains sur Terre. En effet, des entités extraterrestres, désignées sous le nom d’âmes, ont débarqué et se sont emparées très pacifiquement et méthodiquement des habitants de notre belle planète. Elles ressemblent à des larves et s’insèrent dans les humains dont elles prennent l’apparence. Leur but : la pacification de l’univers tout entier. Elles ont déjà opéré sur d’autres planètes mais avec la Terre, c’est une rude tâche qui s’annonce : jalousie, meurtre, envie… les humains sont bardés de vices et se rendent depuis toujours la vie insupportable. Et en plus, ils détruisent leur écosystème. C’est donc pour le bien commun qu’opèrent les âmes, sauf que cela passe par l’éradication de la race humaine.

Quand Melanie est capturée, c’est Vagabonde qui prend son corps, mais contrairement au déroulement logique de la substitution, Melanie n’est pas totalement éradiquée : elle continue à se manifester et influence Vagabonde au point de l’amener à fuir la société des âmes pour rejoindre un groupe de résistants. C’est là qu’elle retrouve son frère Jamie et son bel amour, Jared qui eux sont demeurés humains. Elle est bien sûr d’abord perçue comme une ennemie par ces hommes et ces femmes rebelles, mais petit à petit Vagabonde, rebaptisée Gaby, va se faire accepter et leur laisser comprendre que Melanie vit encore en elle. Jared est furieux de la présence de Gaby alors que Ian, autre beau jeune homme, tombe amoureux d’elle car c’est une jeune fille belle, généreuse, dévouée, honnête, patiente, attentive… (Comment ça j’en fais trop ?! A peine…). Donc rivalités internes entre Melanie et Gaby, rivalités masculines entre Jared et Ian.

Pour tout dire, j’ai trouvé Les âmes vagabondes un peu long. Le temps passé dans la grotte avec les résistants s’étire démesurément pour un résultat couru d’avance : Gaby se fait accepter même par ses pires ennemis de départ (non, ne râlez pas, ça n’est même pas un spoiler tant c’est évident dès le début). Et que dire de : «  Je tente de détourner la tête, mais il m’en empêche, me force à ne pas le lâcher des yeux. Ne reconnaît-il pas ce feu brûlant entre son corps et le mien ? Je serais donc seule à ressentir ça ? C’est impossible. C’est comme un soleil, un disque de feu coincé entre nous – comme une fleur pressée entre les pages d’un livre, qui brûle le papier. » Eh bien je dirais que ce roman est destiné aux adolescents et que quand je lis (toujours sur le même prière d’insérer) : « on a affaire ici à un hybride de Stephen King et d’Isaac Asimov », je dis que c’est quand même un peu poussé…

Je ne nierai pas cependant que Stephenie Meyer a un réel talent pour développer la psychologie de ses jeunes personnages. L’évolution de Melanie, ses dilemmes sont vraiment bien analysés et rendent le personnage tout à fait crédible malgré son incroyable situation. De même, Les âmes vagabondes cultive une ambiguïté qui me plait bien : oui, la race humaine est éradiquée par des aliens, mais ces envahisseurs bonifient les hommes, les empêchent de détruire irrémédiablement la planète et prônent la paix et l’harmonie. La survie de la Terre passerait-elle par un génocide pur et simple ?Mais cette ambiguïté est bien trop sous exploitée pour laisser toute la place à l’histoire d’amou-ou-ourrrr. Et là, je crois bien que je n’ai pas, ou plus, l’âme assez sentimentale pour adhérer. Melanie est embrassée par Jared, puis par Ian, c’est pas pareil, non, pas tout à fait, pour l’un c’est un fleuve ardent, l’autre un volcan… euh, oui… bon, mais comme il ne faut pas pousser trop loin, on en reste au baiser, il ne s’agirait pas de décrire ce que les garçons en question ressentent, non, restons sages et… adolescents.

J’en conclus donc que Les âmes vagabondes de Stephenie Meyer s’adresse au même lectorat que ses précédents écrits et que l’histoire se focalise essentiellement sur l’intrigue amoureuse qui n’est pas d’un intérêt transcendant. C’est romantique, oui, certainement plus Levy et Musso que King et Asimov. Je ne vois donc vraiment pas pourquoi on étiquette ça « roman pour adultes », vraiment pas. Écrire des romans pour adolescents n’est pas indigne, surtout quand ils sont aussi bons que la série des Fascination.

Stephenie Meyer sur Mes Imaginaires

Les âmes vagabondes (The Host, 2008) de Stephenie Meyer traduite de l’anglais (américain) par Dominique Defert, Jean-Claude Lattès, octobre 2008, 617 pages, 20,50€

A lire aussi :

Version officielle – James Renner La très courte biographie de James Renner fournie par Super 8 Editions nous apprend qu'il "enseigne la composition anglaise à l'université d'Etat de K...
Orgasme – Chuck Palahniuk Il y a eu Snuff en 2008 (traduit chez Sonatine en 2012), un roman aussi trash que son titre le laisse penser mais surtout bien plus subtil et sensible...
Le Soldat chamane / 4 – Robin Hobb Jamère vient de quitter son père et sa maison. Il part vers Guetis, toujours décidé à s'enrôler car second fils il est, second fils il demeure et malg...
Sac d’os – Stephen King Pourquoi vous conseiller du Stephen King alors qu'il encombre déjà vos étagères et que l'auteur n'a pas besoin d'une critique positive supplémentaire ...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *