Jeunesse

Scarrels – Marcus Malte

Malte.jpg

J’ai eu envie de lire ce titre de Marcus Malte parce que j’ai vraiment beaucoup aimé Garden of Love qui est un roman passionnant, subtilement construit, comme je les aime.

Mais voilà, j’ai dû me faire violence pour finir celui-là auquel je n’ai pas du tout accroché.

Nous sommes dans un monde futuriste, triste à souhait, dans une société morne et grise où chacun lutte pour survivre. On suit les aventures de Luc, le narrateur de seize ans, amoureux de Jona, en conflit ouvert avec son père (le mot est faible) et qui rejoint souvent un groupe d’amis aux identités assez mal définies. S’il n’y avait que ça de mal défini d’ailleurs… Rien n’est donné, ou si peu, on ne sait pas qui vient d’où, où on en est ni pourquoi. Les jeunes amis de Luc voient apparaître des inscriptions sur les murs de la ville, et sous l’impulsion de Tommy décident de les apprendre par cœur : « Hommes libres de Regency / Vous n’avez jamais quitté ces lieux  »

Des faucons tueurs surveillent les citoyens, une constitution oppressive régente leur vie, bien des valeurs sont inversées (le maïs est la denrée précieuse alors que l’or et le diamant ne sont plus que pacotilles)… Ces jeunes gens luttent et se battent pour acquérir puis conserver un récepteur dont on ne sait pas à quoi il va servir, ils se lient d’amitié avec des poupées NoToy dont on sait pas d’où elles sortent…

Bref, ce livre m’a vraiment ennuyée et j’avoue avoir sauté quelques paragraphes pour parvenir à la fin, aussi triste que le reste.

Je n’ai pas lu grand-chose à propos de ce livre, je ne crois pas qu’il ait soulevé beaucoup d’enthousiasme mais pour moi, ma seconde rencontre avec Marcus Malte s’est soldée par un échec…

Scarrels, Marcus Malte, Syros, février 2008, 434 pages, 19,90 €

A lire aussi :

Le Vivant – Anna Starobinets Après un recueil de nouvelles horrifiques, Je suis la reine, Anna Starobinets nous revient avec un roman dystopique, presque aussi inquiétant qu'un bo...
City Hall / 1 & 2 – Guerin & Lapey... Dans un Londres rétro-futuriste où l'écriture est interdite, un monstre de papier sème la panique. Ce papercut a tué le ministre des Finances et per...
Virus 57 – Lambert et VanSteen Si votre ado ne lit plus. Si vous avez envie de le scotcher avec un thriller prenant et bien construit : Virus 57 est fait pour vous, et pour lui. To...
Le roman d’un non-mort – Arthur Ténor Verdun, octobre 1916. Comme tous les autres, Gabriel-Aimé Lambertini a peur. Il a dix-sept ans et il ne veut pas mourir. Il serait mort pourtant si la...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *