Les nombreuses vies de Dracula – André-François Ruaud & Isabelle Ballester


Ruaud-1.jpgAprès Fantômas, Frankenstein ou bien encore James Bond, la collection « Bibliothèque rouge » des Moutons Électriques nous revient avec une biographie de Dracula. Le principe reste inchangé : retracer la vie d’un personnage de fiction au travers de tous les textes qui lui ont été consacrés. On s’attend donc à trouver les grands classiques du genre comme Carmilla, Dracula et autres créatures irlandaises. L’intérêt bien sûr, est d’en découvrir d’autres qui donnent envie de se plonger dans des textes méconnus sous nos tropiques, parfois parce qu’ils ne sont pas traduits. André-François Ruaud fait grand cas de Barbara Hambly (qui s’en étonnera ?) et des Confessions de Dracula de Fred Saberhagen. Pas de doute, on va aller y faire un tour. Moins convaincue par contre quand il nous emmène sur les traces de la marquise de Brinvilliers et de La Voisin, célèbres empoisonneuses qui n’ont cependant que peu à voir avec les non-morts. On découvre avec bonheur par contre, quelques scientifiques certainement un peu fous, tel Johann Joseph von Görres (1776-1848) qui expliqua scientifiquement le phénomène vampirique. Je regrette pour ma part l’absence d’une bibliographie qui reprendrait l’ensemble des textes de fiction cités.

Cependant voici le vrai problème (je vais être cruelle mais tant pis) : ce livre se compose de deux principaux chapitres, le premier fort de 184 pages. Je l’ai lu scrupuleusement car les fictions vampiriques m’intéressent depuis longtemps, et j’ai compté, crayon en main, quatre-vingt une fautes d’orthographe, ou plus exactement de grammaire car il semblerait que le correcteur orthographique ait fait son boulot. C’est tout simplement catastrophique et ce n’est rien de dire que cela gêne la lecture. Alors que le livre lui-même est un très bel objet, qu’il est richement illustré et que les connaissances des auteurs sont à l’abri de tout soupçon, cette grammaire plus qu’aléatoire plombe leur travail au point de vous en déconseiller la lecture, si ce n’est l’achat car son prix est assez élevé. Pour moi, c’est absolument insupportable, à la limite de l’indécent. J’ai tout simplement l’impression que le manuscrit n’a pas été relu une seule fois, sinon, comment justifier : «  …favorisé par le caractéristiques physiques des morts-vivants », « Mina et Seward prennent le métro vers Fenchurch Street puis se dirige vers l’asile », « est-ce que Van Helsing ria aux funérailles de son fils ? » ? Que dire de la méconnaissance totale des règles d’accord du participe passé, savonnette de la grammaire française il est vrai, mais un éditeur doit faire son travail jusqu’au bout…

Tout le monde fait des fautes, moi la première, mais au-delà d’un certain nombre, il y a non respect du lecteur.

Inutile de préciser que je n’ai pas lu le chapitre deux qui reprend chronologiquement les données historiques du chapitre un.

Non vraiment, Dracula mérite mieux.

 

André-François Ruaud sur Mes Imaginaires

Les nombreuses vies de Dracula, André-François Ruaud et Isabelle Ballester, Les Moutons Electriques (Bibliothèque rouge n°8), mai 2008, 254 pages, 23 €

.
.

.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *