Adultes

Les conjurés de Florence – Paul J. McAuley

McAuley.jpgImaginez Florence au début du XVIème siècle : les Médicis, l’effervescence artistique, Michel-Ange, Raphaël… sauf que Paul J. McAuley s’offrant une petite uchronie, la Toscane, l’Italie et l’Europe en général ne sont pas exactement ceux que l’on connaît grâce à nos livres d’histoire. Les artificiers forment en effet une caste particulièrement développée, représentée à Florence par le premier d’entre eux, le Grand Ingénieur. Sachez par exemple, que « grâce aux sous-marins du Grand Ingénieur, les Florentins ont coulé la flotte espagnole qui s’apprêtait à envahir l’empire aztèque. » La face de l’Amérique s’en est trouvée changée, c’est évident, c’est uchronique. A une moindre échelle, ces inventions vont servir les intrigues qui se trament en nombre à Florence au moment où arrive Raphaël, envoyé du pape Léon X, protecteur des artistes. L’artiste est en conflit permanent avec son rival Michel-Ange qui l’accuse de lui avoir volé ses idées. Cette rivalité artistique pourrait rester sans conséquence si l’un des aides de Raphaël ne venait à être assassiné la veille de l’arrivée du pape. Un autre l’est également au cours d’un échange avec un sorcier notoire qu’il essaie de faire chanter. Puis Raphaël lui-même…

Pasquale, jeune peintre de dix-huit ans, est pris bien malgré lui dans ces querelles qui rapidement prennent l’allure d’un complot ésotérique aux enjeux complexes. Aidé par le journaliste Niccolo Machiavel (qui fait figure de Guillaume de Baskerville dans Le nom de la rose comme le souligne la quatrième de couverture), le jeune apprenti affronte mages noirs et savonarolistes, tortures et humiliations.

L’identité du Grand Ingénieur est rapidement évidente : les grandes et petites inventions qui ont permis à la république marchande de Florence de tenir tête aux Espagnols sont nées du génie de Léonard de Vinci qui contrairement à ce que l’on a toujours cru, a réussi à les faire fonctionner à grande échelle. Mais l’invention qui va faire courir au jeune Pasquale maints dangers n’est autre que l’ancêtre de notre appareil photo qui bouleverse les peintres italiens dont les pinceaux font pâle figure face aux plaques de verre qui fixent les images réelles. Peut-être signe-t-il la mort d’un art, ou l’apparition d’une nouvelle expression artistique ? Pasquale, malgré le rythme effréné et les dangers de son enquête n’en perd pas moins de vue son but : dessiner un ange. Le jeune artiste tente de capter l’essence même de ce visage, de ce sourire et sa quête artistique sert de fil conducteur secondaire, parallèle à l’enquête policière. Grâce au regard de Pasquale, le lecteur garde donc toujours l’oeil ouvert sur la Florence artistique, son architecture, ses églises superbement décrites, mais aussi son ambiance de tripots et ses ruelles obscures, si dangereuses la nuit. Je ne cache pas que j’ai dû ouvrir plusieurs fois mon dictionnaire pour remettre à l’heure mes pendules sur les Médicis, Savonarole et la situation politique réelle de Florence à l’époque. Car il me semble qu’une uchronie ne peut être pleinement appréciée que si le contexte historique est connu. Mais il n’est pas interdit de se laisser prendre à la seule intrigue policière et de s’amuser à imaginer ces maîtres italiens fumant un joint de marijuana affalés sur des canapés. Cette intrigue extrêmement touffue et parfois complexe requiert cependant toute l’attention du lecteur s’il ne veut pas se noyer dans les complots.

Les amateurs d’uchronie ne pourront être déçus par la reconstitution historique et l’imagination dont fait preuve McAuley : la Renaissance italienne telle qu’elle aurait pu être si…

 

Paul McAuley sur Mes Imaginaires

Les conjurés de Florence (1996), suivi de La tentation du Dr Stein (1996), traduit de l’anglais par Olivier Deparis et Marie-Catherine Caillava, Gallimard (Folio SF n°194), novembre 2004, 493 pages, 7,30€

A lire aussi :

Le visage du mal – Tim Lebbon Par une nuit obscure recouverte de neige, Dan et Megan, accompagnés de leur fille Nikki, dix-sept ans, regagnent lentement leur maison isolée dans l...
Tobie Lolness / 1 – Timothée de Fombelle Voici la grande histoire d'un petit bonhomme, un petit millimètre de bon sens dans un monde de verdure et de périls. Difficile de résumer cette histoi...
Le cercle de Farthing – Jo Walton C’est forte de l’enthousiasme de nombreux lecteurs que j’ai ouvert ce roman de Jo Walton, qui arrive en France après le succès de Morwenna. Une ambian...
Le gène du doute – Nicos Panayotopoulos 2063. James Wright, écrivain, vit ses derniers jours sur son lit d'hôpital. Il écrit alors ses mémoires qui dressent le portrait de la vie littéraire ...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *