Adultes

La voie du sabre – Thomas Day

Day-4.jpg

Le Japon du 17ème siècle. Mikédi, douze ans est le fils de Nakamura Ito, seigneur de la guerre réputé et craint. Il est confié aux soins du samouraï Musashi qui, surgi un jour de nulle part, a vaincu tous les samouraïs de la forteresse paternelle. Il doit parfaire son éducation pour être un jour peut-être capable de féconder l’Impératrice-fille, fille de l’Empereur Dragon, comme l’aurait voulu son père.

Car l’Impératrice-fille ne peut procréer à cause d’une pénurie d’encre de Shô, aliment nécessaire à la maturation sexuelle de la caste impériale ; l’impôt impérial doit être payé en encre de Shô mais Nakamura ne peut acquitter cet impôt : il fait massacrer les villageois qui augmentent les tarifs de l’encre, leur déclare la guerre.
Musashi ne veut pas enseigner à Mikédi la voie du pouvoir mais celle de la sagesse, la voie du sabre. Par ailleurs, le vieux samouraï a une vengeance à exécuter : il veut tuer celui qui a humilié et mutilé une pauvre tisserande qu’il aime. Or, le bourreau est Kaitsu que Mikédi considère comme son fils spirituel. Masushi laisse Mikédi pendant deux ans au Palais des Saveurs aux soins du chef cuisinier. Il fait le ménage, nettoie, apprend un peu à cuisiner : deux ans de corvées et de brimades. Pendant ce temps, Masushi cherche le sabre qui doit faire la paire avec le sien. Puis Mikédi passe deux ans à la Pagode des Plaisirs où il fait son apprentissage de la chair.

Ce roman d’apprentissage, teinté de fantasy a plus d’un atoût : un cadre historique original, des personnages crédibles, attachants ou haïssables, un rythme soutenu sans être interminable et une belle écriture. Thomas Day nous enchante une nouvelle fois, il sait y faire…

De Thomas Day sur Mes Imaginaires

La voie du sabre, Thomas Day, Gallimard, Folio SF n°115, 2002, 294 pages, 5.10€

A lire aussi :

Contre mes seuls ennemis – Isabelle Jarry Le poulet aux hormones, la vache folle, les grippes aviaire et porcine, on le sait, on a réussi à rendre les animaux complètement dingues et mainten...
La ballade de Trash – Jeanne-A Debats Que l'on soit un ado ou un adulte, quand on lit de la SF, on a déjà beaucoup lu de post-apocalyptique. C'est un genre qui permet de mettre en scène, d...
Les Carnets de Darwin – Runberg et Ocaña 1860. Charles Darwin a déjà voyagé, écrit, révolutionné le monde scientifique et bousculé les fondements de la religion. C’est un scientifique contest...
Le brouillard – Henri Beugras Parmi les petits trésors que les éditions de L'Arbre vengeur déterrent régulièrement, en voilà un d'Henri Beugras qui m'était totalement inconnu et me...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *