Adultes

Le lion de Macédoine – David Gemmell

Gemmell-3.jpg

Le lion de Macédoine : Parmenion est un sang-mêlé : Spartiate de père et Macédonien de mère, il est rejeté par les autres jeunes gens qui s’entraînent pour entrer dans l’armée, l’armée spartiate bien sûr, attendu que « aucun autre soldat au monde n’est plus brave que le Grec […] et que les Spartiates sont les plus grands de tous les Grecs« , en particulier depuis la victoire des Thermopyles durant laquelle une poignée de trois cents soldats tint tête aux envahisseurs perses. Il a beau être le meilleur, battre le neveu du roi lui-même, il ne parvient pas à se faire accepter le malheureux, juste à se faire des ennemis qui l’attendent à la sortie. Quand il rencontre Dérea, il se dit que finalement, il ferait un bon père de famille, mais manque de bol elle est, hasard des hasards, la nièce du roi et donc la sœur de celui qu’il a humilié : ça va pas être facile… Surtout qu’ils couchent ensemble alors qu’elle est promise à un autre, qui va être très fâché et la sacrifier à Cassandre c’est-à-dire la jeter pieds et poings liés à la mer. Parmenion décide de fuir Sparte pour Thèbes, cité ennemie et de l’aider à s’insurger contre la présence spartiate sur ses terres. C’est tout bénef pour Thèbes qui, une foi affranchie du joug militaire, peut se livrer à la conquête. Sur quoi Parménion rencontre un certain Philippe qui n’est encore pas grand chose mais qui à force de morts et de bannissements deviendra bientôt roi de Macédoine. Parallèlement à l’ascension de Parmenion, la Mort des Nations, nous est contée l’histoire d’une vieille qui semble le veiller ou le surveiller, éliminer ses ennemis ou ses amis à force d’incantations et de formules magiques. On comprend peu à peu qu’elle œuvre pour empêcher la naissance du seigneur du Chaos. D’autres forces antagonistes agissant à son encontre, elle n’y arrivera qu’à moitié et Alexandre, fils de Philippe (enfin d’après ce que l’Histoire a retenu) sera un enfant de l’Ombre et de la Lumière.

On ne peut que reconnaître à David Gemmell la précision de sa documentation, de ses sources et le soin qu’il met à reconstituer la vie des jeunes Spartiates du IVème siècle avant J.C. L’entraînement, l’effort, les privations, la vie proprement spartiate : pas de doutes, il a potassé son sujet. De même, les amateurs retrouveront avec plaisir dans Le lion de Macédoine les scènes de batailles, ici grandioses vu le nombre de combattants. Malheureusement, les personnages ne sont pas à la hauteur des enjeux du roman. Ils frôlent quasi tous la caricature, quand ils ne tombent pas les deux pieds dans la fosse aux clichés : « une adolescente de treize ou quatorze ans [qui] portait une tunique blanche toute simple, au travers de laquelle il voyait nettement la forme de ses seins parfaits […]. Ses jambes étaient lisses et bronzées, sa taille fine et ses hanches voluptueuses […], ses grands yeux gris et [son] visage d’une beauté incomparable. Elle avait passé la main dans ses cheveux blonds aux reflets roux. Parménion avait eu l’impression que les rayons du soleil venaient se perdre dans ses boucles qui scintillaient telles des pierres précieuses« . Ben oui, on ne rit pas, c’est le portrait de Dérae, c’est l’héroïne et elle se doit de répondre à certains… critères. Appréciera qui veut. Pour ma part, il me fut difficile de progresser dans une lecture où les personnages agissent souvent de façons incongrues, qui ne correspondent pas au caractère qui a été brossé auparavant et qui sont animés de sentiments primaires. Leur psychologie est réduite à quelques archétypes qui ne facilitent pas l’empathie. L’ascension de ce grand strategos ne le conduira certes pas au firmament des personnages littéraires, au mieux le lecteur goûtera-t-il un dépaysement cher payé.

David Gemmell sur Mes Imaginaires

Le Lion de Macédoine (1990), David Gemmell traduit de l’anglais par Eric Holweck, Mnémos, août 2007, 430 pages, 24€

A lire aussi :

La séparation – Christopher Priest Les Sawyer sont jumeaux : même physique, même nom, mêmes initiales. Même passion aussi, pour l'aviron, qui les mène jusqu'aux Jeux Olympiques de 193...
Hellraiser – Clive Barker Frank Cotton a déjà tout expérimenté dans la vie : aucun plaisir qu'il ne connaisse et dont il ne se soit lassé. Alors comme d'autres qui ici bas ont ...
Morwenna – Jo Walton Nombreux sont les lecteurs de littératures de l'Imaginaire qui sont tombés sous le charme de Morwenna. Il faut dire que cette Galloise de quinze ans a...
Le Sauvage – Almond et McKean Si David Almond est déjà l'auteur de plusieurs romans pour adolescents parait-il réussis, ce n'est pas son nom qui m'a donné envie de me plonger dans ...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *