Adultes

Reconstitué – Sean Williams

Sean WillliamsJonah McEwen est détective privé. Depuis trois ans, il est plongé dans sa baignoire, inconscient, maintenu artificiellement dans le coma grâce à un liquide de survie. Il est pourtant soupçonné d’avoir tué et torturé près d’une vingtaine de jeunes filles ces trois dernières années.

En 2069, sciences et nanotechnologies ont en effet rendu possible la duplication de soi et le transfert de matière : grâce au D-mat, chacun peut être ici et ailleurs, se transporter physiquement en quelques secondes de l’Australie à l’Europe centrale. Alors Jonah McEwen s’est-il consciemment dupliqué avant de s’immerger dans le SixSens, juste après la mort de son père adoptif ? A-t-il réussi à sortir du coma, à brouiller les données pour sauvagement torturer des femmes ressemblant à son ancienne collègue et maîtresse ?

Il n’a lui-même pas de réponses car bien que sorti de son liquide de conservation, il a oublié la dernière semaine précédant son immersion. Il va donc falloir s’atteler à une enquête un peu plus traditionnelle, si cet adjectif a encore un sens dans un monde où les ordinateurs conscients pensent à la place des humains et ont atteint une autonomie inquiétante… Mais peut-on parler de meurtres quand seules les copies sont assassinées, les originaux continuant à se balader à leur gré sans même avoir conscience des sévices endurés par leur copie ? Tuer l’exacte copie d’un être humain (avec souffrance, tripes et boyau) sans que celui-ci en pâtisse est-il un crime ?

Bienvenue dans le domaine du cyberpunk (cyberpolar serait plus approprié) que l’on croyait moribond et que Sean Williams redynamise grâce à ce roman pas mal ficelé. Pas de frayeur : le jargon technique s’assimile facilement, (il y a même un glossaire des acronymes en fin d’ouvrage) et les performances technologiques, ma foi, soit vous faites comme si vous y croyiez, soit vous balancez le livre par la fenêtre, c’est le pacte de toute lecture science-fictive…

Il y a bien quelques longueurs de-ci, de-là, et des dialogues pas toujours palpitants mais l’intrigue accroche par sa construction polyphonique qui croise les points de vue et permet au lecteur d’en savoir plus que le héros. Notons également des développements intéressants sur les IA conscientes et la duplication de soi : de grands pas vers l’immortalité, non plus dus à des savants fous échevelés mais à des ingénieurs et informaticiens mégalos que les nanos rendent tout puissants.
Un bon moment de lecture.

 

Reconstitué (2005), Sean Williams traduit de l’anglais (australien) par Pascal Huot, Bragelonne (SF), septembre 2007, 417 pages, 22€

A lire aussi :

Natalie Lindstrom / 1 – Stephen Woodworth Natalie Lindstrom est un être humain exceptionnel : elle entre en communication avec les morts. La police l'utilise, elle et ses semblables, pour in...
Serenitas – Philippe Nicholson Paris demain, ou après-demain. Fjord Keeling est journaliste expert en criminalité au National, un des plus gros média du pays. Il a rendez-vous à P...
Princess Bride – William Goldman Il était une fois une princesse capricieuse et égoïste qui tomba amoureuse de son garçon de ferme par jalousie envers une trop belle comtesse. Pour ...
L’Attrape-Mondes – Jean Molla Nina, 14 ans vient passer les vacances d'été en Provence avec ses parents. Accablés par la chaleur, ils font la sieste pendant que l'adolescente par...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *