Jeunesse

La Trilogie du Gardien / 1 – David Klass

David KlassCe roman est le premier d’une nouvelle collection codirigée par Denis Guiot et Constance Joly-Girard. Celui-ci explique : « La collection  » 15-20  » proposera des romans en prise avec les grands enjeux de notre société, des romans pour rêver et prendre conscience, des romans d’apprentissage où les héros devront  » mouiller leur chemise« , des romans écrits dans une langue claire, dynamique et naturelle. Pari tenu pour ce qui est de transpirer dans ce premier tome d’une trilogie qui s’annonce vraiment éreintante… pour le héros.
Tout commence en effet très fort : Jack Danielson, dix-sept ans dont les goûts se résument aux filles, au foot et aux bagnoles, découvre que son père n’est pas son père, que sa mère n’est pas sa mère et qu’il est la dernière étincelle d’espoir pour sauver le monde. Fuir doit devenir son credo. Un peu incrédule, Jack voudrait en savoir plus avant de jouer les Superman. Mais quand il voit son père se tirer une balle dans le pied pour lui prouver qu’il ne bluffe pas et une charmante jeune fille décomplexée le menotter à un lit puis se transformer en abominable Gorm pour le trucider, il n’hésite plus guère et suit, toujours en courant, Gisco, le gros chien télépathe. Son seul allié ? Pas si sûr vu qu’il enferme Jack dans un hangar tout noir pour qu’il se fasse cogner, latter, atomiser par Eko, mignonne, mais sans pitié. Les manières peu amènes de son instructrice porteront cependant leurs fruits vu qu’à la fin de sa période d’entraînement, il saura nager sous l’eau pendant au moins deux heures, et même voler… sans pour autant connaître son destin. Très progressivement, il apprend (ainsi que le lecteur) qu’il est né mille ans dans le futur et que son père l’a envoyé dans le passé afin de trouver Mu. Personne ne sait de quoi il s’agit mais cela permettra de sauver le monde de la folie humaine : « chasse des animaux sauvages, surexploitation des ressources halieutiques des rivières, des lacs et même des océans, destruction systématique des forêts primaires, des récifs coralliens, déforestation, désertification« . La planète va mal et son dernier espoir s’appelle Jack Danielson.

Dit comme ça, le scénario parait certainement trop rabâché pour qu’on y croit : un super héros de plus ? Oui et non. Oui parce que les alliés de Jack passent leur temps à lui répéter qu’il est l’espoir, l’étincelle, le Sauveur. Non parce que le jeune homme est un ado extrêmement sympathique, simple (du moins autant qu’un ado peut l’être) et très terre à terre. La proximité avec le lecteur se fait dès les premières lignes, d’autant plus qu’il raconte lui-même son histoire au présent : un ado ordinaire auquel le lecteur peut rapidement s’identifier. Et nous voilà partis (je précise que ça marche même avec ceux qui ne sont plus des ados depuis déjà quelques années…) derrière Jack, en hors-bord, en side-car, à la nage ou à dos de chien, irrésistiblement entraînés dans son aventureux sillage. Une pause (un peu longue) lui permet de se former aux sports de combat en compagnie d’Eko, et de s’interroger sur sa propre présence dans l’univers et sur le rôle de l’homme dans le grand schéma universel : efficace mélange d’action et de réflexion qui semble être la recette de David Klass. Beaucoup de rebondissements, une écriture nerveuse et rythmée pour une réflexion globale sur les problèmes environnementaux que suscite l’état de la planète. Et puis la rencontre avec un personnage vraiment sympathique, drôle, rempli de contractions, corseté dans une éduction que ses parents adoptifs ont voulu la plus banale possible. Pour ce qui est de l’intrigue proprement dite, comme on n’en sait guère plus sur Mu à la fin de ce premier volume, le lecteur appâté ne peut qu’attendre avec impatience la sortie du second, programmée dans douze mois !
La collection 15/20 commence donc très bien par ce very american book et nous proposera au premier semestre 2008 une première salve d’auteurs français, de l’écurie Guiot bien entendu.

L’avis de Judepompom, 14 ans
Ecologie, quête et sympathique héros innocent. Tous ces ingrédients mélangés donnent un bon petit livre à lire si on a rien contre les phrases nominales. Car, le narrateur le signale bien au début de son roman, l’aventure sera rythmée, rapide et efficace. Et c’est justement ce qui rend le livre plaisant : les actions s’enchaînent vite, sont ordonnées. On ne se perd pas dans des descriptions interminables, ni dans des dialogues sans fin. De plus, l’idée de mêler le problème de l’écologie avec une quête du futur (très intéressante et ingénieuse) est vraiment bien menée tout au long du récit, et le héros, qui au départ mène une vie banale, hormis ses aptitudes physiques et intellectuelles surdéveloppées, ne fait pas partie de cette catégorie de héros invincibles aux supers pouvoirs.
Malheureusement, alors que l’aventure est pimentée depuis le début (à part les passages où Jack s’entraîne avec Eko, parfois longuets), elle dérape un peu quand le héros arrive sur l’île : Dargon est un vrai-faux méchant, Mu, que personne n’a jamais vue, n’est en fait qu’une pierre brillante (on n’en sait pas plus à la fin…), et quand l’île explose, on croit presque à une fin bâclée. On attend quand même la suite avec impatience !


La Trilogie du Gardien – 1 : [Mu] le feu sacré de la Terre (2006), David Klass traduit de l’anglais (américain) par Julien Ramel, Intervista (15/20), novembre 2007, 441 pages, 14,50 €

A lire aussi :

Podkayne fille de Mars / Robert Heinlein La jeune Podkayne Fries fait partie de ces humains qui habitent Mars et s'en trouvent fort bien. Elle a cependant envie de voir du pays et surtout de ...
Les fragmentés – Neal Shusterman Dans ce roman de Neal Shusterman, les États-Unis ont connu la Guerre Cardinale au cours de laquelle s’affrontèrent Armée pour la Vie et Brigade du Cho...
Ravenscliff / 1 – Geoffrey Huntington Devon March, 14 ans, a des pouvoirs surnaturels. Il ne sait pas à quoi ils vont lui servir, mais il arrive au château de Ravenscliff en espérant en ap...
Treize jours avant minuit – Patrick Carman Jacob Fielding, héroe de Patrick Carman et lycéen de quinze ans, vient de perdre son père adoptif dans un accident de voiture dont lui est sorti indem...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *