Adultes

Le cimetière des saints – Richard Paul Russo

Richard Paul RussoLes amateurs de SF ont découvert l’an passé Richard Paul Russo avec La nef des fous qui, en plus d’être un bon space opera, fut un succès commercial pour son éditeur, Le Bélial. Qui recommence donc, avec ce nouveau one shot, chose rare dans ce genre.

Le lecteur suit le destin de Cal depuis sa cinquième année. Il est alors victime d’un accident et se retrouve sur le Monde de Conrad, planète inconnue de lui, son père étant probablement mort et sa nourrice se faisant massacrer sous ses yeux. Il atterrit dans un village d’hommes et de femmes très frustres auxquels il tient lieu d’esclave. Adolescent, il fuit ses « sauveurs » pour d’autres villageois, guère plus accueillants mais qui ne le battent pas. Par Blackburn, marchand itinérant, il apprend qu’il se trouve du côté de la planète où l’on exile les prisonniers, les voleurs, les dissidents, et qu’il existe un revers à cette médaille : Morningstar, la vraie ville. Cal hésitera longtemps avant d’y aller et quand il traversera le désert pour s’y rendre, il trouvera d’étranges pierres bleues sous un autel ainsi qu’un livre métallique qui se révèlera bien plus tard être le Codex de Rosette. Comme jadis la pierre de Rosette, ce livre pourrait permettre aux Sarakheen de traduire d’autres textes chers à leur philosophie (« réaliser l’intégration totale entre la conscience organique et les machines inanimée« ). Ils poursuivent donc Cal pour le récupérer mais lui se rapproche des Résurrectionnistes, qui eux pensent que Morningstar a été construite sur les ruines d’un ancien cimetière alien. Dans leur tombe, ils attendent que le porteur du Codex de Rosette vienne les réveiller.
Encore une fois, Russo construit un récit efficace qui ne traîne pas en descriptions ou discussions interminables. En quatre parties, le lecteur s’attache à Cal, le suit dans ses déboires et dans son retour à la vie sociale. L’ambiance n’est certes pas aussi oppressante que dans La nef des fous, mais le mystère est assez consistant pour donner envie de tourner les pages. Pour ma part, je regrette un peu le charme horrifique du premier roman traduit en français de Richard Paul Russo, de même que l’atmosphère confinée de l’Argonos et son huis clos angoissant. Il n’y a pas dans ce roman de personnages vraiment forts ou surprenants, ci ce n’est Blackburn à la personnalité trouble mais qui apparaît de loin en loin. Cal est un peu falot, lui qui veut se sauver, s’en sortir, reconstruire la grandeur de sa famille.
Mais comme vous voudrez certainement savoir ce qu’est ce mystérieux Codex de Rosette, vous vous laisserez happer par un scénario qui tient la route. Et puisque l’on sait de quoi l’auteur est capable, attendons la prochaine traduction.

Richard Paul Russo sur Mes Imaginaires

 

Le cimetière des saints (2005), Richard Paul Russo traduit de l’anglais (américain) par Patrick Dusoulier avec la collaboration de Pierre-Paul Durastanti, Le Bélial, septembre 2007, 340 pages, 21€

A lire aussi :

Robopocalypse – Daniel H. Wilson Un préambule, intitulé « Briefing », met le lecteur dans l'ambiance : il y a eu une guerre entre hommes et robots, ceux-ci ont été vaincus, parce que ...
Où cours-tu mon adversaire ? – Ben Bova Où cours-tu mon adversaire ? est une longue nouvelle de Ben Bova qui me permet de découvrir la collection « Dyschroniques » de l’éditeur Le Passager c...
Les Cités des Anciens / 1 – Robin Hobb Une nouvelle série de Robin Hobb, ça ne s'ignore pas. Surtout lorsque celle-ci tisse des liens avec les précédentes, en particulier Les Aventuriers ...
Les mémoires d’Elizabeth Frankenstein –... Souvenez-vous : Robert Walton, explorateur de l'Arctique nous racontait jadis l'histoire incroyable de l'homme qu'il sauva des glaces, cet homme qui a...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *