Jeunesse

L’apprenti d’Araluen / 1 – John Flanagan

John FlanaganWill, quinze ans, est un des orphelins du château de Montrouge. Arrive pour lui comme pour les autres la cérémonie du choix : scribes, guerriers, cuisiniers, palefreniers…les maîtres ne manquent pas qui ont besoin d’apprentis dégourdis. Comme son ami Horace, Will veut devenir un guerrier, téméraire et courageux comme son père, lui a-t-on dit. Mais voilà, Will est chétif et si le grand Horace est pris d’office, Will est le seul à être refusé. Mais voilà qu’un homme cagoulé s’avance et déclare vouloir de lui comme apprenti : il appartient à l’ordre obscur et craint des Rôdeurs, autant dire des espions. Entraîné à l’écart du château et son village, Will apprend avec Halt l’art de se déplacer sans bruit, de reconnaître les traces, d’entendre et de voir l’ennemi qui se croit à l’abri. Sous la houlette d’un maître juste et bon, le jeune garçon progresse et sauve bientôt la vie de son ami Horace lors d’une chasse au sanglier. Mais cette victoire ne lui attire pas que des amis. Pourtant Will prend de l’assurance, même si naïveté et curiosité restent les traits dominants de son caractère. Il aura pourtant besoin de tout son courage quand Morgarath le banni décidera de se venger, quinze ans après sa défaite, en lançant sur Araluen ses horribles Wargals « aux traits à demi humains, des brutes qui arboraient un long museau et des crocs semblables à ceux d’un ours ou d’un molosse » et ses deux derniers Kalkaras, mi singes, mi ours.
Voici donc une nouvelle série de fantasy, en provenance d’Australie cette fois. On aura compris en lisant ce résumé que nous avons affaire à un roman d’apprentissage très classique avec orphelin, bon maître et créatures démoniaques. Il se trouve pourtant qu’à mon avis, ce cycle sort du lot et s’annonce plutôt bien : le héros ayant quinze ans, il est moins neuneu que ses confrères du même âge et il semble que l’auteur ait choisi de ne pas faire dans la caricature et le superflu. Certes, les bons sentiments dominent, mais je ne pouvais m’empêcher de penser en lisant ce premier tome que j’avais lu vraiment pire en littérature de fantasy à priori pour adultes. Ici, les codes du genre sont entretenus sans trop en faire dans l’invraisemblable, le grandiloquent ou le démesurément naïf. L’accent est mis sur l’apprentissage du héros, sur les épreuves physiques et psychologiques qu’il doit affronter pour devenir un Rôdeur.
Voilà donc un cycle qui commence bien, à recommander à tous les amateurs à partir de 12-13 ans.

John Flanagan sur Mes Imaginaires

L’apprenti d’Araluen – 1 : l’ordre des Rôdeurs (2004), John Flanagan traduit de l’anglais (Australie) par Blandine Longre, Hachette Jeunesse (Yokaï), février 2007, 404 pages, 11,90 €

A lire aussi :

La malédiction du pendu – John Peel Trois amies se retrouvent un soir pour se raconter des histoires d'épouvante. La jeune Laureen est si douée que son récit ne tarde pas à tourner au ...
Le dernier jour de ma vie – Lauren Oliver Me revoilà plongeant dans la littérature de jeunes filles, grâce à la fameuse collection Black Moon de chez Hachette Jeunesse qui plaît même à celle...
La Princetta et le capitaine – Anne-Laure Bo... Vous qui rêvez d'aventure et de merveilleux, n'hésitez pas, ce livre est fait pour vous. Quelques pages à peine lues et vous voilà transporté en Gal...
Isa la sorcière – Melvin Burgess Nat a recueilli Isa alors qu'elle n'était qu'un bébé. Elle a dix ans et vit toujours avec le guérisseur et son fils, de deux ans son aîné. Elle ne s...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *