Jeunesse

A la croisée des mondes / 1 – Philip Pullman

Philip PullmanLyra est une jeune fille de douze ans, intrépide sauvageonne citadine, entourée de vieux croûtons, aussi chenus et érudits qu’éloignés de ses préoccupations. Elle aime monter sur les toits, se battre avec les enfants des gitans, faire la loi parmi ses petits camarades. C’est que cette jeune fille est orpheline, placée très jeune par son oncle Lord Asriel à Jordan College, (collège anglais dans la plus pure tradition? où ce qui y ressemble) pour qu’elle y soit élevée du mieux possible. Mais les Erudits ont d’autres chats à fouetter car Jordan College est un centre de théologie expérimentale. Lyra n’en fait souvent qu’à sa tête : tout va donc très bien pour elle jusqu’au jour où les événements se bousculent. Son oncle Asriel le chercheur aventurier arrive inopportunément au collège pour exposer aux Erudits les fruits de ses recherches dans le Grand Nord. Lyra apprend qu’il travaille sur la Poussière et qu’avec quelque argent supplémentaire, ses travaux seraient sur le point d’aboutir.

Mais pourquoi le Maître des Erudits tente-t-il de l’empoisonner ? Autre mystère : depuis quelques temps, des enfants disparaissent en Angleterre et à Oxford depuis peu. On les dit victimes des Enfourneurs qui capturent des enfants que l’on ne revoit jamais. Le jour où son ami Robert disparaît lui aussi, Lyra se jure de le retrouver. Mais elle oublie un peu son serment le jour où arrive à Jordan College la très belle et mystérieuse Mme Coulter qui travaille pour le non moins mystérieux Conseil d’Oblation. Ce que Lyra ne sait pas, c’est que la belle dame avec laquelle elle part à l’assaut de Londres est à la tête du gang des Enfourneurs?
Je relis cette formidable trilogie juste avant sa sortie en salle de La boussole d’or (traduction littérale de l’anglais), une superproduction qui s’annonce à la hauteur du Seigneur des Anneaux. Le numérique et l’animation en 3D vont certainement permettre des images grandioses et impressionnantes, comme les voyages à dos d’ours polaire, qui sont dans la réalité difficiles à envisager?

Mais l’originalité du roman est ailleurs, dans le monde créé par Pullman, un monde où chaque humain a son daemon, c’est-à-dire un animal qui le symbolise, qui vit à ses côtés et duquel il ne peut se séparer. Quand un humain meurt, son daemon meurt aussi : il est son âme, la représentation de son esprit sur terre. L’affreuse Mme Coulter et son gang se livrent dans le Grand Nord à des expériences sur les enfants et leurs daemons, avant qu’ils ne se figent en un animal définitif une fois l’humain devenu adolescent. Quel est le but de ses ignobles manipulations ? Toucherait-elle à l’essence même de l’Homme ?

Cette histoire est d’une richesse incroyable, aussi polyphonique que complexe. C’est pourquoi elle est d’abord parue en édition jeunesse chez Gallimard, qui a rajusté le tir en la rééditant en poche en Folio SF. Les lecteurs de tous âges en tireront quelque chose, les plus jeunes l’histoire d’une fillette courageuse, les autres une aventure philosophique aux implications intellectuelles beaucoup plus vastes que ce qu’un enfant peut percevoir. Car la Poussière qui fait courir Lord Asriel a à voir avec le péché originel, et avec ces autres mondes qui brillent au-delà de l’Aurore. C’est avec une fluidité déconcertante que Pullman manie aussi bien l’aventure à mille rebondissements que la réflexion. Aussi jeune que soit Lyra, aucun Erudit, aucun des scientifiques qui l’entourent ne part du principe qu’elle ne comprendra pas la portée de leurs recherches. A la croisée des mondes ne prend pas ses jeunes lecteurs pour des imbéciles mais pour des êtres pensants et conscients de leur humanité. Lire Pullman rend intelligents petits et grands, voilà mon slogan !

A la croisée des mondes / 1 : les royaumes du Nord (1995), Philip Pullman traduit de l’anglais par Jean Esch, Gallimard (Folio Junior n°1051), mars 2002, 482 pages

A lire aussi :

Odd et les géants de glace – Neil Gaiman Je vais faire court cette fois, ça changera. C'est inattendu d'ailleurs parce qu'un livre de Neil Gaiman, c'est comme une gourmandise et j'ai souven...
Merfer – China Miéville Par quel bout commencer le résumé du foisonnant dernier roman de China Miéville ? Ce Britannique à l'imagination fertile n'en finit pas d'inventer des...
Les machines à désir infernales du Dr Hoffman- Ang... Angela Carter était britannique, n'en doutons pas. Pourtant, en lisant Les machines à désir infernales du Dr Hoffman, c'est plutôt au surréalisme belg...
Les Maîtres des Brisants / 1 – Erik L’... Ce livre est dédié à Albator, héros de bien des trentenaires, également bercés par Goldorak et autres capitaine Flam. Et c'est bien un héros de l'enve...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *