Jeunesse

Fascination – Stephenie Meyer

Stephenie MeyerA dix-sept ans, Bella quitte le soleil de l’Arizona pour venir s’installer à Forks chez son père où la pluie est le lot quotidien. Peu expansive, la jeune fille craint de ne pas s’intégrer mais elle se fait peu à peu des amis dans son nouveau lycée.

Elle est particulièrement attirée par le beau et mystérieux Edward Cullen que tout le monde semble craindre et dont personne ne parle. Après un premier contact extrêmement tendu, les deux jeunes gens se rapprochent et se découvrent et la surprise est de taille pour Bella car Edward n’est vraiment pas un garçon comme les autres. Beau au-delà du descriptible, comme tous les membres de sa « famille », Edward est un fringant adolescent de plus de cent ans. Jour après jour, par amour pour Bella, il va apprendre à dompter sa nature sanguinaire.
Depuis des années déjà, lui et les siens ont appris à renoncer au sang humain et partent chasser des animaux en forêt pour étancher leur soif. Mais Edward joue un jeu dangereux en touchant Bella et en l’embrassant. Jamais l’amour et la mort n’ont été aussi proches.

Raconté du point de vue de Bella, le roman ne met que peu à peu le mystérieux personnage d’Edward en lumière. Comme la jeune fille, le lecteur ne comprend pas pourquoi il la rejette d’abord et le pourquoi de ses étranges capacités physiques (dont l’étonnant déplacement supersonique). Dans ce roman extrêmement sensible, ce n’est que peu à peu que les sentiments se dévoilent aux personnages et au lecteur. Ces deux adolescents si différents se cherchent, se trouvent et vont devoir dompter leurs instincts pour s’aimer. Car Fascination est avant tout un roman d’amour, très romantique sans être niais. Qui pourrait rester insensible au charme d’Edward, à la fraîche ingénuité de Bella ?
Paradoxalement, ce roman américain ne souffre pas des défauts qu’on y trouve trop souvent en particulier dans les ambiances niaises de campus, les dialogues téléphonés et les relations inconsistantes entre adolescents. Bien que narratrice, Bella reste très complexe ; c’est une jeune fille responsable et raisonnable, mais très mal à l’aise dans son corps, ce qui contraste avec l’étonnante maîtrise de soi d’Edward. Elle évolue si progressivement et avec tant de cohérence que, rendu aux dernières pages, le lecteur en arrive à comprendre qu’elle veuille raisonnablement devenir vampire elle aussi. Mais Edward n’est pas prêt à accepter ce sacrifice. Lui qui a l’air si sûr de lui est pourtant tout à fait déboussolé par son attirance sentimentale pour une humaine. Il est fasciné par l’être d’exception qu’est pour lui la jeune et ordinaire Bella. Le mystère de l’attirance de ces deux êtres atypiques est donc total… comme l’est l’amour.
Loin de tous les poncifs vampiriques et des clichés à l’eau de rose, ce beau roman d’amour et de mort ne récolte que des éloges mérités auprès de toutes les tranches d’âges : il existe des jeux de rôles tirés du livre et des sites Internet. Une jolie réussite pour un premier roman d’un auteur qui n’a certainement pas fini de nous étonner.

 

Stephenie Meyer sur Mes Imaginaires

Fascination (2005), Stephenie Meyer traduite de l’anglais (américain) par Luc Rigoureau, Hachette Jeunesse, 2005, 525 pages, 18€

A lire aussi :

L’historienne et Drakula – Elizabeth K... À mon avis, on n'a jamais revisité le mythe de Dracula de façon aussi originale. Ce livre qui, paraît-il a battu aux Etats-Unis tous les records de ve...
La malédiction des anges – Danielle Trussoni... Je n’ai jamais rien lu de bien convaincant sur les anges, sujet mou s’il en est, qu’il est bien difficile de rendre passionnant. Ce roman-ci allait-il...
Le livre des crânes – Robert Silverberg Si le titre vous incite à penser qu'en lisant ce Silverberg méconnu vous croiserez des labyrinthes obscurs, des rites médiévaux sanglants ou des porte...
Méléas et le warlack – Ian Ogilvy Méléas est orphelin ; il vit chez un drôle de bonhomme, Basil Tramblebone, qui l'a recueilli mais ne s'occupe guère de son éducation. Il se passionn...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *