Jeunesse

Bobby Pendragon / 1 – D J Machale

D J MachaleBobby, quatorze ans, n’a pas d’autre ambition que d’être un collégien ordinaire de la banlieue de New York. Une petite amie à embrasser, une équipe à mener en finale : voilà l’ordinaire de ce jeune garçon qui ne se rêve pas en super héros. Et pourtant, un beau jour, son super cool oncle Press vient le chercher en catastrophe pour l’emmener loin, très loin, beaucoup plus loin que ce qu’il n’avait jamais pu imaginer, sur Denduron, un monde où hommes et femmes ont l’air d’être à peine sortis du temps des cavernes. Vêtus de peaux de bêtes, une partie des habitants de cet univers parallèle, les Milagos, triment jour et nuit pour fournir à l’autre, les Bedoowans, l’azur, cette pierre précieuse hautement convoitée. En plus d’être des esclaves, les Milagos se meurent d’extraire cette pierre de mines remplies de vapeurs toxiques. Depuis toujours, ils sont soumis, obéissants et serviles. Mais le mystérieux oncle Press leur a annoncé l’aube de temps meilleurs grâce à l’arrivée sur Denduron de son cher neveu Bobby… Ce dernier est celui que le peuple milago attend pour se révolter contre les Bedoowans… Mais Bobby n’est pas du tout prêt à endosser ce rôle et n’a qu’une envie : rentrer chez lui.

Voici le premier tome d’un cycle de fantasy basé sur les mondes parallèles : Bobby y découvre qu’il est un Voyageur, et que sa mission est « d‘aller dans des territoires sur le point d’atteindre leur moment de vérité et de faire son possible pour que les événements prennent la bonne direction« . Il n’en saura pas plus pour l’instant, et le lecteur non plus. Mais il comprendra rapidement qu’il a un adversaire dans cette tâche, qui lui œuvre pour que tout aille mal, pour qu’advienne le chaos : sur Denduron, il s’appelle Mallos et il est le conseiller de la reine Kagan.
Si le jeune lecteur mord à l’hameçon, il est certain qu’il ne s’ennuiera pas : les événements s’enchaînent très rapidement, racontés par Bobby lui-même car il rédige un journal à l’intention de Mark et Courtney restés dans notre monde. L’alternance entre les extraits de journaux et les réactions des deux amis rend la narration encore plus dynamique et fait marcher le suspense. Ce roman ne se contente pas d’être rocambolesque puisqu’il initie clairement une réflexion sur le totalitarisme, la liberté et le libre arbitre : quand un peuple opprimé depuis toujours acquiert une arme de destruction massive, doit-il l’utiliser pour se défaire de son oppresseur ? La liberté a-t-elle un prix ? Le monarque absolu est-il forcement un despote ? Autant d’approches stimulantes qui sont à mon avis desservies par un style « à l’américaine » qui m’agace (à lire les dialogues et les impressions personnelles de Bobby, on se croirait dans une série TV made in USA) et par des personnages très manichéens. Le meilleur exemple en est la reine Kagan « une sorte de catcheuse sumo de bande dessinée, grotesque et difforme » qui se bâfre et rote à tous vents, une truie au cerveau de petit pois. Ça n’est même pas drôle, même un peu lourd ce « racisme » anti-gros.
Manque de finesse dans les dialogues et les personnages ; profondeur des thèmes abordés : mine de rien, aux détours d’aventures trépidantes, le jeune lecteur pourra être amené à se poser des questions essentielles de nature politique et même philosophique. Ça vaut sûrement le coup d’essayer.


Bobby Pendragon – 1 : le marchand de peur (2002), D.J. Machale traduit de l’anglais (américain) par Thomas Bauduret, Librairie Générale Française (Le Livre de poche Jeunesse – Fantasy n°4012), mars 2007, 536 pages, 7,90 €

A lire aussi :

Le seigneur d’Opium – Nancy Farmer Il y a quelques années, une douzaine en fait, je m'enthousiasmais pour La maison du scorpion de Nancy Farmer. C'était l'histoire de Matt, un des nombr...
Enfants de la paranoïa / 1 – Trevor Shane Bonne surprise que ce roman, premier tome d’une trilogie que je croyais destinée à la jeunesse, mais qui est en fait un bon suspens bien prenant ave...
Le voleur aux esprits – Rachel Aaron Voici un nouveau bandit, pas meurtrier celui-là, juste voleur, mais le meilleur du monde d’après ses dires. Il s’appelle Eli Monpress, vit dans le r...
Princess Bride – William Goldman Il était une fois une princesse capricieuse et égoïste qui tomba amoureuse de son garçon de ferme par jalousie envers une trop belle comtesse. Pour ...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *