Adultes

La Citadelle des ombres / 2 – Robin Hobb

CoeurRobin  HobbCe livre contient : Le poison de la vengeance ; La voie magique ; La reine solitaire, respectivement les tomes 4, 5 et 6 de L’Assassin royal.

Voici Fitz revenu à la vie grâce aux bons soins de Burrich et d’Umbre. Il n’a plus qu’un désir, une raison d’être : tuer son oncle Royal qui l’a tant fait souffrir. Mais Royal qui s’est autoproclamé roi après avoir décidé que son frère aîné, le roi légitime Vérité, était mort dans les Montagnes à la recherche des Anciens, le roi Royal a une aversion grandissante pour Fitz et décide de le pourchasser sans pitié. D’assassinat manqué en évasions réussies, Fitz court, court, échappant au poison, au froid, aux dagues et à la haine de ceux qui le détestent pour son Vif. Ayant appris que Molly a eu une fille de lui, il souhaite les retrouver, même s’il doit pour ça causer un choc extrême à la jeune femme qui le croit mort. Mais un ordre prime sur tous ses désirs : « rejoins-moi » lancé incessamment au moyen de l’Art par Vérité qui se trouve dans les Montagnes. Avec la reine Kettricken qui a accouché d’un enfant mort-né, il entreprend donc la traversée des Montagnes pour répondre à cet appel. Ils emmènent avec eux Caudron, une énigmatique vieille femme qui a l’air d’en savoir beaucoup plus sur Fitz et l’Art qu’elle ne le dit, Astérie la ménestrelle et le Fou du roi Subtil qui se révèle être le Prophète blanc, capable selon les prophéties d’engager le temps sur une meilleure voie.
Encore une fois Fitz va vivre bien des aventures et connaître toutes sortes d’expériences : tour à tour berger, prisonnier, « catalyseur », il endosse les rôles que le destin lui dessine, toujours en proie au doute et à l’incertitude. Cette deuxième trilogie du cycle de L’Assassin royal (dans le décompte américain) est tout à fait dans la lignée du premier : dès les premières lignes, Robin Hobb enchante littéralement son lecteur qui ne peut interrompre sa lecture avant d’être arrivé au bout de ces neuf cents pages (je l’ai lu en quatre jours de vacances). Même en sachant que Fitz va s’en sortir puisqu’il est le narrateur, j’ai été happée par le récit où tous les personnages sont justes, riches et humains, avec de grandes aspirations qui se trouvent prises au jeu de le réalité. Certains d’entre eux, à l’issue de ce volume, conservent encore des zones d’ombre. Les dialogues semblent murmurés à l’oreille du lecteur tant ils sont naturels et les descriptions savent tant imager le récit qu’on a l’impression de voir les événements. Les magies du Vif et de l’Art sont maîtrisées avec brio, ces inventions sensorielles dues à l’auteur prenant ici toute leur ampleur pour devenir les ressorts principaux de l’intrigue.
Aucune ombre d’ennui à l’horizon, juste la minuscule déception de retrouver Vérité la proie du surnaturel sans espoir de retour et donc d’aboutir à un dénouement un peu trop magique, même s’il a souffert le malheureux pour en arriver là. Ceux qui, je ne sais pourquoi, s’épuisent sur ce cycle, pourront très bien s’arrêter là car le sort de chacun des personnages est réglé, et l’élément perturbateur originel (l’attaque des pirates rouges) résolu. Que les autres se réjouissent, deux autres gros volumes suivent.

Robin Hobb sur Mes Imaginaires

La Citadelle des ombres – 2 (1997), Robin Hobb traduite de l’anglais (américain) par Arnaud Mousnier-Lompré, Pygmalion, 2001, 898 pages, 149F

A lire aussi :

Le Clan des Otori / 2 – Lian Hearn A la fin du premier tome, Takeo a rejoint la Tribu. Il doit donc subir un apprentissage visant à le rendre impitoyable. Accompagné de Yuki, fille de ...
Invasion – Luke Rhinehart Parfois, il faut savoir en rabattre. Je répète toujours à mes stagiaires que non, la science-fiction, la bonne science-fiction, ce ne sont pas les sab...
La route – Cormac McCarthy Un homme et son fils sur une route. Ils avancent vers le sud en poussant un caddie qui contient toutes leurs richesses, "chacun tout l'univers de l'au...
Le secret de l’immortelle – Alma Katsu Avec ses roses rouges sur fond noir, Le secret de l’immortelle se présente comme un roman sentimental dont le titre laisse présager une version vampir...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *