Adultes

Les hommes dénaturés – Nancy Kress

Nancy KressLes produits chimiques font partie de notre vie ; un jour, ils signeront notre mort. A force d’avaler, toucher, renifler toutes sortes de molécules de synthèse, notre système endocrinien ne pourra plus sécréter normalement nos hormones. Ce probable scénario pourrait même advenir d’ici peu, d’après Nancy Kress, le Grand Basculement de la pyramide des âges étant pour les années 2015. Dès lors, il y a plus de vieux que de jeunes, la population ne se renouvelle plus par manque d’hommes fertiles. Désespérément stérile, l’humanité court à sa perte. Mais le désir d’enfants reste dramatiquement ancré dans l’homme qui pallie comme il peut son absence de descendance. Dès lors, chiens, chats, perroquets et autres animaux de compagnie acquièrent un statut d’enfants et sont traités comme tels : « Partout à travers le pays, les chiens mangeaient dans des chaises pour enfants, des chats héritaient de propriétés entières. Une femme de Los Angeles, qui se morfondait dans le chagrin et la solitude, s’était tuée après la mort de son lapin domestique« .

Certains pourtant ne peuvent se contenter de tels palliatifs et cherchent au marché noir des « descendants » plus à leur image. Car en dépit des lois génétiques édictées lors du Grand Basculement, certains scientifiques poursuivent leurs travaux illégaux sur l’ADN. C’est un de ces trafics que l’impulsive soldate Walders va découvrir bien malgré elle au cours d’une mission. Alors qu’elle poursuit un fuyard, elle tombe nez à nez avec un homme portant en cage trois singes à visages humains. Elle est traduite en justice et rayée des cadres pour insubordination mais entend bien prouver ses dires pour réintégrer l’armée. Quand elle rencontre par hasard un homme, Cameron Atuli, qui a le même visage que les singes en question, son destin s’emballe et elle demande l’aide du vieux docteur Clementi, médecin juré à son procès qui a paru la soutenir.

Donnant tout à tour la parole à ses trois héros (dont deux parlent au présent), Nancy Kress construit un récit dynamique avec un suspense qui, même s’il n’est pas difficile à percer, n’en sert pas moins un propos pertinent, une cause. C’est sur un mode très réaliste que l’auteur brosse le tableau d’une humanité à l’agonie, pathétique dans ses soubresauts et incapable de rattraper ses erreurs. Ses trois personnages principaux, finement campés, loin de tout héroïsme, sont autant d’êtres à la dérive qui affrontent sur des modes différents la fin de l’espèce : le docteur Clementi, rongé par le mycosis fongoïde, accepte la mort et s’y prépare tandis que Shana Walders et Cameron Atuli s’adonnent avec rage à leur passion, l’armée pour l’une et la danse pour l’autre. Mais la réalité les rattrape et ils sont pris dans les réseaux de la vivifacture, science à la Frankenstein, autorisée car elle ne modifie pas l’ADN mais qui ouvre grand la porte à toutes sortes de manipulations génétiques. Le message est clair sans être lourd, au contraire. Le thème des manipulations génétiques conjugué sur le mode du thriller débouche sur un roman aussi dynamique que stimulant et limpide. Le genre de roman qui n’enthousiasmera peut-être pas les vieux routards de la SF mais qui peut facilement être proposé à ceux qui n’en lisent pas.

Nancy Kress sur Mes Imaginaires

Les hommes dénaturés (1998), Nancy Kress traduite de l’anglais (américain) par Jean-Marc Chambon, Pocket Science-Fiction n°5920, mai 2007, 309 pages, 6,70 €

 

A lire aussi :

La main tendue – Poul Anderson Valka Vahiro, représentant de Cundaloa et Skorrogan, venu de Skontar se présentent auprès de la Confédération de Sol, centre du système solien servant...
Destination ténèbres – Frank M. Robinson Ce roman est contemporain du cycle Hypérion de Dan Simmons et de celui d’un autre Robinson, Mars. Des références qui nous plongent dans l’exploratio...
Les Chroniques de Thomas Covenant / 1 – Step... "Enfin réédité dans son intégralité et dans une nouvelle traduction, l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la fantasy" ; "Une écriture descriptive et ...
Fablehaven / 1 – Brandon Mull Suis-je une bonne mère ? Ce n’est pas le sujet de ce livre, non. Mais il aura quand même fallu que mon fils lise deux fois les cinq tomes qui compos...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *