Adultes

L’ancre des rêves – Gaëlle Nohant

CoeurGaëlle NohantIls sont quatre frères, les fils d’Enogat. Depuis qu’ils sont en âge de se souvenir, les trois aînés font chaque nuit les mêmes rêves : Benoît, le lycéen se voit recueilli en mer par un trois-mats qui cache la haine et la souffrance, son cadet Lunaire rêve d’une jeune femme qui noie sa petite fille avant de se suicider et Guinoux le collégien rêve de chevaux fous. Chaque nuit, sans répit, ses rêves viennent les cueillir, les effrayer, les terrasser. Aucun n’en a jamais parlé à personne, ni même entre eux, ni à leurs parents. D’ailleurs, ils ne savent strictement rien de leur famille, de leurs ancêtres, sujet tabou, de même que la mer, qui leur est interdite. Alors bien sûr ces trois garçons sont très solitaires, renfermés, taciturnes presque. Un jour pourtant Lunaire décide d’essayer de comprendre : à son réveil, il note quelques souvenirs de ce rêve qui tous les matins le fuit et avec un seul nom, Morvan, il va partir à la recherche d’un sens. Il va croiser un vieux prêtre et son ami, qui lui feront rencontrer la très vieille Ardélia : sachant encore qui était Morvan, elle va enfin permettre à Lunaire d’ « établir une filiation de l’angoisse« . Car tous ces fantômes qui peuplent les rêves des enfants Guérindel ont un rapport entre eux. Ils font tous partie d’un même drame, d’une même histoire familiale et tragique qui s’est jouée jadis quand la Bretagne perdait ses meilleurs hommes sur les côtes de Terre Neuve.

Très habilement, mélangeant les rêves des uns aux souvenirs des autres, Gaëlle Nohant tisse cette toile familiale et tragique aux couleurs de l’âpre Bretagne des années 1910. La terrible condition des marins partant pendant des mois vers des terres hostiles, l’attente des femmes, l’espoir trop souvent déçu… Tout sonne terriblement juste et contribue à donner une ampleur tragique aux destins de ces quelques personnages si communs au regard de l’Histoire. Ces fantômes ancestraux et cruels qui taraudent cette famille depuis plusieurs générations sont enfin traqués pour que leurs descendants cessent de payer leurs fautes. Le silence prôné par Enogat n’a pas su les faire taire ; c’est en faisant parler les vivants que Lunaire, Benoît et Guinoux parviendront à « lire dans les têtes de tous ces morts [pour] y débusquer les hantises, les mauvais rêves« . Au prix de bribes de passé très enchevêtrées, le lecteur avance parmi ces fantômes qui furent des hommes et des femmes tourmentés, amoureux, cruels ou fragiles, bref des êtres humains dans toute leur paradoxale densité.
Lauréate 2007 de la résidence du premier roman, Gaëlle Nohant réussit là un roman fantastique (le thème de cette année) dont on se souviendra. Extrêmement bien construit et maîtrisé, ce livre conduit son intrigue avec une densité et un sens du suspense tels que je l’ai lu en une journée, sans pouvoir le lâcher. Les révélations sur le passé des uns et des autres sont distillées au compte-gouttes et il faut bien continuer pour savoir… savoir qui ils sont les uns pour les autres et pourquoi ils ne sont pas apaisés. Le tout dans une langue exemplaire, qui berce autant qu’elle frappe.
Pas besoin d’aimer la mer et la Bretagne pour marcher dans les pas de ces personnages qui, du héros aux seconds rôles, sont tous finement dessinés : ils deviendront vos probables ancêtres pour quelques pages. Et gageons que vous ne regarderez plus un marin breton comme avant : derrière ces yeux taciturnes, il y a certainement un passé, une histoire, un livre.

L’ancre des rêves, Gaëlle Nohant, Robert Laffont, mars 2007, 381 pages, 20 €

A lire aussi :

Les éclaireurs – Antoine Bello J'ai beaucoup apprécié Les falsificateurs d'Antoine Bello et attendais la suite avec impatience. Ces histoires de falsifications du réel étaient vraim...
Hypérion – Dan Simmons Hypérion fait partie de ces romans qui, en peu de temps, sont devenus des classiques de la SF. Il se doit donc d'être sur les rayons de votre biblioth...
Les naufragés du vert – Didier San Martin Pierre est un espion international fatigué de bourlinguer. Il aimerait bien poser un peu ses valises mais voilà que son chef le lance sur la piste d...
Le chevalier de Wielstadt – Pierre Pevel Nous retrouvons pour la troisième fois le mystérieux chevalier Kantz, justicier de la ville de Wielstadt en un 17ème siècle belliqueux. Si cet opus dé...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *