Jeunesse

Les Sept clefs du pouvoir / 1 – Garth Nix

Garth RixVoilà une intrigue complexe que je vais essayer de vous résumer. Arthur est asthmatique et comme il est nouveau dans son collège, son prof de gym ne le sait pas et le fait courir comme un dératé dans le parc. La crise ne tarde pas, grave au point de le mener aux portes de la mort. Alors, rêve ou réalité ? Il voit arriver un drôle de type en fauteuil roulant qui lui donne une aiguille d’horloge puis il se prend un gros bouquin sur le crâne. Commence pour lui une autre course, entre monde réel et monde parallèle car maître Lundi veut récupérer l’aiguille des minutes qu’il lui a donnée en pensant qu’il allait mourir. Moins puissante que l’aiguille des heures qu’il détient encore, elle est la moitié de la Clé Première qui régit le Bas-Palais, une des sept clés du Royaume. Car Arthur a bien malgré lui été choisi par l’Ultime Volonté pour être l’Héritier légitime du Palais. Qui est l’Ultime Volonté ? C’est une entité qui représente le testament de la Grande Architecte, celle qui a créé le Palais (c’est là que vivent, entre autres, les enfants emmenés par le Joueur de flûte, quelle belle idée…) et les Royaumes Secondaires que nous appelons l’univers. A sa mort, celle-ci a laissé un testament qui a été déchiré en sept morceaux éparpillés dans les Royaumes Secondaires par les méchants Curateurs, dont maître Lundi.

Bon, j’ai pris des notes pour arriver à un tel résumé, et croyez-moi, il y aurait encore à dire. Alors qualifier ce premier tome de dense, c’est être encore en dessous de la vérité. Car je ne vous ai même pas parlé de la situation familiale complexe d’Arthur qui le fait courir après un antidote contre une méchante grippe qui met son collège en quarantaine. Mais comme il doit aussi se sauver parce qu’il est poursuivi par les Têtes de molosse, il va falloir qu’il transporte avec lui des camions de ventoline… sauf que là, l’aiguille, quand il la tient, lui fait oublier toutes ses douleurs. Si donc l’aventure vous tente, foisonnante (un peu trop…) et haletante, ce premier tome laisse bien présager de la suite. On s’y perd avec plaisir, en espérant que tout ne se résoudra pas grâce à un coup d’aiguille magique…

Garth Nix sur Mes Imaginaires

Les Sept clefs du pouvoir – 1 : lundi mystérieux (2003), Garth Nix traduit de l’anglais (australien) par Alice Seelow, Gallimard Jeunesse, juin 2006, 302 pages, 7,50€

A lire aussi :

Le tyran d’Axilane – Michel Grimaud Par un hiver particulièrement rude, une troupe de baladins arrivent sur les terres du tyran Tikobal. Assoiffé de pouvoir, il entreprend d'exploiter le...
Le Clan des Otori / 4 – Lian Hearn La fin de la trilogie de Lian Hearn ayant été très décevante, on ne pouvait que se réjouir à l'annonce d'un quatrième tome inopiné. Retrouver Takeo et...
Chemins toxiques – Louis Sachar Tamaya est en CM2 et Marshall en 5e, autant dire qu'elle n'existe pas pour lui. Mais voilà, elle n'est pas autorisée à emprunter seule le chemin de l'...
Stone Rider – David Hofmeyr La seule façon d’envisager l’avenir à Blackwater, c’est de gagner la Course. Pour ainsi gagner le droit de rejoindre la Base, là où se sont réfugiés l...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *