Jeunesse

FBI et les neuf vies du chat – Sophie de Mullenheim

Sophie de MullenheimLa littérature jeunesse regorge actuellement de jeunes voyageurs du temps. Depuis le William d’Aurélien Aujame en passant par Tom Cox de Franck Krebs, et les séries de Guillaume Prévot (Le Livre du Temps) d’un côté et d’Héliot et Mauméjean de l’autre, les auteurs usent et parfois abusent de ce genre qui peut donner du meilleur comme du pire. Il est en effet un moyen d’injecter un peu d’Histoire dans une fiction en abordant souvent superficiellement n’importe quelle période.

Voilà donc que Sophie de Mullenheim pour son premier roman s’essaie à ce genre périlleux. Comme les auteurs précédemment cités, elle propose un livre pour jeunes lecteurs, environ 10-11 ans qui privilégie l’action sur les personnages. Le héros, vingt-six ans, s’appelle FBI (Fabien Barthélémy Isthorie) et exerce l’originale profession de détective historique. Il a en effet un jour découvert que grâce à une machine de sa fabrication, il était capable de remonter le temps et donc d’aller élucider les mystères du passé. Installé à New-York, il attend le client et cherche une femme de ménage. Il trouve l’un et l’autre, l’aventure en plus. Car ses enquêtes vont le mener sur les traces d’un chat bleu nommé Cobalt qui à plusieurs reprises a influencé le cours de l’Histoire pour le meilleur et pour le pire semble-t-il. La mission de FBI est de retrouver les neuf vies de ce chat étrange, mission qui va le mener dans la chambre de Cléopâtre, sur les derniers pas de Pierre Curie ou bien encore à la veille de la Saint-Barthélémy.

Sophie de Mullenheim a un don certain : celui d’entraîner son lecteur dès les premières pages dans des aventures menées tambour-battant jusqu’à la dernière. FBI narre ses propres exploits, met en scène ses échecs avec humour et nous voilà embarqués à sa suite. Mais si l’entrain ne manque pas, le manque de consistance du héros et les facilités du scénario non plus : tout arrive à point nommé, et même quand il se trompe de date, FBI parvient à retrouver Cobalt ! Un natif de Domremy qui s’installe à Manhattan pour devenir détective, il faut y croire, surtout quand celui-ci, à vingt-six ans est totalement immature, doté d’une sexualité à peine pré-adolescente (pas un frisson alors qu’il porte dans ses bras un sosie de Marilyn entièrement nue). Aucun problème pour s’introduire dans le palais de Cléopâtre à Alexandrie, ni sur les pas de l’amiral de Coligny. C’est ce qui me fait conseiller ce livre aux plus jeunes lecteurs qui ne manqueront cependant pas d’entrer de plein pied dans cette histoire où règne ce que je me plais à désigner par « l’esprit Club des Cinq » : l’aventure avant tout, servie par des personnages simples. Le roman finit bien, évidemment, et pourtant la fin est inattendue, ou du moins très réussie, coup de chapeau à l’actualité qui colle avec la narration.


FBI et les neuf vies du chat, Sophie de Mullenheim, Plon Jeunesse, février 2007, 307 pages, 13 €

A lire aussi :

Sang maudit – Ange Uchronie, vampires, adolescents et monarchie : quel genre de roman peut-on écrire aujourd’hui avec de tels ingrédients ? On se méfierait bien, malgré ...
Le soleil va mourir – Christian Grenier 2313 : la Terre compte vingt milliards d'habitants. Pour agrandir l'espace vital, les hommes ont réussi à éloigner Vénus du Soleil (grâce à la coord...
Phobos – Victor Dixen Prêts à embarquer pour le Cupido, ce vaisseau à destination de Mars transportant douze jeunes gens, six couples potentiels, qui pendant les cinq mois ...
Le combat d’hiver – Jean-Claude Mourle... En un temps indéterminé, des jeunes gens vivent dans un internat morose à la discipline de fer. Pas de rires ni de chansons, l'obéissance et la soumis...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *